Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

La Constitution amendée en vue de la signature du traité de Lisbonne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/10/2009

Près de deux semaines après la victoire du "oui" au référendum sur le traité de Lisbonne, la présidente de la République d'Irlande, Mary McAleese (photo), a amendé la Constitution du pays pour permettre à Dublin de ratifier le texte.

AFP - L'Irlande a achevé jeudi son processus de ratification du traité européen de Lisbonne avec la signature d'un texte constitutionnel par la présidente Mary McAleese, près de deux semaines après la victoire du "oui" au référendum, a annoncé la présidence dans un communiqué.

La présidente "a signé le 28e amendement", qui amende la constitution de la République d'Irlande et permet la ratification du traité, est-il indiqué dans le communiqué.

Le 2 octobre, les Irlandais avaient voté "oui" à 67,13% lors du référendum sur le traité de Lisbonne, qu'ils avaient rejeté avec 53,4% de "non" lors d'un premier référendum en juin 2008.

Censé permettre à l'Union européenne de fonctionner de manière plus efficace, le traité de Lisbonne a déjà été ratifié par 26 des 27 pays de l'UE.

En République tchèque, le gouvernement a déjà signé le traité de Lisbonne et les deux chambres du Parlement l'ont ratifié. Mais il manque encore la signature du président, l'eurosceptique Vaclav Klaus.

Ce dernier a conditionné sa signature à une dérogation pour son pays empêchant toute restitution des biens des Allemands des Sudètes confisqués après la Seconde guerre mondiale, en vertu des décrets signés par le président tchécoslovaque d'alors, Edvard Benes.

Première publication : 16/10/2009

COMMENTAIRE(S)