Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Asie - pacifique

Chronologie : la crise nucléaire iranienne

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/06/2010

De la signature du traité de non-prolifération nucléaire par l'Iran au vote d'une quatrième série de sanctions des Nations Unies contre Téhéran, la question du nucléaire iranien agite les relations internationales depuis près de 40 ans.

Juillet 1968 : L’Iran du shah signe le traité de non-prolifération nucléaire (TNP) qui devient effectif le 5 mars 1970. Dans la région, le Pakistan, Israël et l’Inde n’ont pas paraphé le texte qui impose à ses signataires des restrictions en matière de recherches dans le domaine de l’armement nucléaire.

1979 : Lors de son accession au pouvoir au terme de la Révolution islamique, l’ayatollah Khomeiny gèle le programme nucléaire iranien.

1984-1987 : Durant la guerre Iran-Irak, le réacteur nucléaire de Bouchehr est bombardé à six reprises et intégralement détruit.

1985 : L’Iran, la Syrie et la Libye s’accordent sur la nécessité de développer un armement nucléaire pour faire face à la puissance militaire d’Israël.

Septembre 2002 : Début de la reconstruction du site nucléaire historique de Bouchehr, détruit pendant la guerre irano-irakienne.

Décembre 2002 : La télévision américaine diffuse des images satellite d’installations nucléaires à Natanz et Arak. Les États-Unis accusent Téhéran de mettre au point "des armes de destructions massives". L’Iran accepte que les agents de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) inspectent les installations.

Février 2003 : L’Iran enlève les caméras installées par l’AIEA à Natanz et Arak. En échange, le président iranien Khatami reconnaît l’existence du site d’enrichissement d’uranium de Natanz, celle du réacteur à eau lourde d’Arak et autorise à nouveau les inspecteurs de l’AIEA à s'y rendre quand bon leur semble.

Juin 2004 : Directeur de l’AIEA, Mohamed el-Baradeï estime que la coopération iranienne avec ses agents sur place a été "moins que satisfaisante" et jette un doute sur les conclusions précédentes de ses agents. Ils avaient affirmé ne pas détenir de preuves de l'existence d’un programme de développement d’une bombe atomique par l’Iran.

Août 2005 : Le nouveau président iranien Mahmoud Ahmadinejad adopte une ligne diplomatique dure sur la question nucléaire. Il affirme, un mois plus tard, à la tribune de l’ONU, que l’Iran a le droit de développer un programme nucléaire civil.

Décembre 2006 : Le Conseil de sécurité de l’Onu vote à l’unanimité la résolution 1767, qui instaure une première série de sanctions économiques contre l’Iran. En mars 2007 et en mars 2008, deux autres résolutions viennent encore alourdir l’arsenal.

Septembre 2009 : L’Iran reconnaît disposer d'un site secret d’enrichissement d’uranium à Qom. Après celui de Natanz, il s’agit du deuxième du genre rendu public. Cette révélation donne des arguments aux États qui soutiennent que l’Iran dispose d'un programme de développement de la bombe atomique.

2 février 2010 : Dans un discours télévisé, le président Ahmadinejad affirme que l'Iran n'a "aucun problème" avec l'idée d'un programme d'enrichissement de l'uranium à hauteur de 20 % à l’étranger.

3 février 2010 : Pour la première fois de son histoire, l'Iran envoie dans l'espace des animaux vivants à bord de la fusée spatiale Kavoshgar-3. Washington qualifie ce tir d'"acte de provocation".

7 février 2010 : L’Iran commence à enrichir de l’uranium à 20 %, selon des médias locaux. La France et les États-Unis, en particulier, appellent le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre de nouvelles sanctions contre l'Iran.

1er mars 2010 : En visite à Paris, le président russe Dmitri Medvedev se dit prêt à accepter de nouvelles sanctions contre l’Iran, à condition que celles-ci soient "ciblées" et qu’elles ne "vis[ent pas] les populations". Le 31 mars, la Chine, autre membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, accepte à son tour de négocier d’éventuelles nouvelles sanctions.

17 mai 2010 : L’Iran, la Turquie et le Brésil concluent un accord sur l’échange d’uranium. Téhéran devra envoyer en Turquie 1200 kg d’uranium faiblement enrichi et recevra en échange 120 kg d'uranium enrichi à 20% destinés au réacteur de recherche médicale de Téhéran. L’Iran déclare toutefois qu’il continuera l’enrichissement d’uranium à 20% sur son territoire.

9 juin 2010 : Après des mois de tractations, le Conseil de sécurité de l’ONU adopte de nouvelles sanctions contre Téhéran. Douze pays ont voté pour, la Turquie et le Brésil ont voté contre, le Liban s'est abstenu. C'est la quatrième série de sanctions adoptée en quatre ans.

Première publication : 19/10/2009

  • DIPLOMATIE

    Washington tente de rallier Moscou à sa position sur l'Iran

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Iran et le nucléaire au cœur de la visite de Clinton en Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)