Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Amériques

Un scientifique arrêté pour tentative d'espionnage au profit d'Israël

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2009

Un scientifique américain, qui a notamment travaillé à la Nasa, au Pentagone et à la Maison Blanche, a été arrêté pour tentative d'espionnage. Il a été démasqué par un policier du FBI qui s'est fait passer pour un agent du renseignement israélien.

AFP - Un scientifique américain qui a travaillé pour la Nasa, au Pentagone et à la Maison Blanche, a été arrêté lundi aux Etats-Unis pour tentative d'espionnage, alors qu'il envisageait de travailler pour le compte d'Israël, a annoncé le ministère de la Justice.

Dans un communiqué, le ministère a expliqué que ce scientifique de 52 ans avait été contacté début septembre par un policier du FBI sous couverture, se faisant passer pour un agent du renseignement israélien, et avait accepté de lui fournir des informations classées secret défense et "top secret" en échange d'argent et d'un passeport israélien.

Il devait être présenté mardi devant un juge à Washington et risque la prison à perpétuité s'il est reconnu coupable.

Le ministère a précisé que "la plainte n'impliquait ni l'Etat d'Israël ni aucun agent travaillant en son nom" dans les faits reprochés à ce scientifique.

Titulaire d'un doctorat en astronomie au MIT, prestigieuse université technologique du Massachusetts (nord-est), l'homme a travaillé à la Maison Blanche en 1989 et 1990, puis au ministère de l'Energie entre 1990 et 1999, où il disposait d'une autorisation spéciale lui donnant accès à des documents classés "top secret", notamment concernant les armes nucléaires.

Il a ensuite créé une association à but non lucratif au travers de laquelle il travaillait avec la Nasa et a participé entre 2000 et 2006 à "plusieurs accords de développement de technologies avancées pour le gouvernement américain".

"Entre 1989 et 2006, il avait accès à des informations classées 'top secret' et, régulièrement et fréquemment, à des documents classés en lien avec la défense américaine", a résumé le ministère.

Lorsqu'il a été contacté le 3 septembre par ce qu'il croyait être un agent du Mossad, les services secrets israéliens, il a accepté de lui fournir "des informations régulières". Lors de la deuxième entrevue, il a expliqué selon le ministère que "bien que ne disposant plus de ses anciens accès à des documents classés (...), il pouvait néanmoins se souvenir de ceux qu'il avait consultés".

Deux échanges ont alors eu lieu par le biais de la poste restante, au cours desquels il a reçu 2.000 puis 9.000 dollars et a rempli deux questionnaires sur des satellites américains.

"Une des réponses fournies émanait de documents classés secret défense", a affirmé le ministère, ajoutant que l'homme aurait de lui-même proposé de fournir des information sur "l'armement nucléaire, les satellites militaires, et d'autres systèmes d'armement".

La deuxième fois, ses réponses comprenaient "des informations classées secret défense et 'top secret' sur des satellites américains, des systèmes d'alerte avancés, des moyens de défense ou de représailles contre des attentats à grande échelle et des éléments stratégiques cruciaux".

"Les faits reprochés sont graves et devraient servir d'avertissement à tous ceux qui envisagent de compromettre les secrets de notre pays par appât du gain", a déclaré dans le communiqué David Kris, responsable de la sécurité nationale au ministère de la Justice.

Les Etats-Unis ont condamné en 1987 un analyste de la Navy, Jonathan Pollard, à la prison à perpétuité pour avoir fourni à Israël, de mai 1984 à son arrestation en novembre 1985, des milliers de documents classés secret défense, sur les activités d'espionnage des Etats-Unis, principalement dans les pays arabes.

Les différents chefs de gouvernement israéliens ont en vain demandé sa remise en liberté aux autorités américaines. Ses proches, en Israël et aux Etats-Unis, font campagne pour sa libération, affirmant que les divers gouvernements israéliens l'ont "lâché", alors qu'il a "servi" l'Etat hébreu et a obtenu la nationalité israélienne.
 

Première publication : 20/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)