Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

FRANCE

L’UMP fixe les priorités du grand emprunt

©

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 20/10/2009

Le parti de la majorité a avancé, ce mardi, ses propositions sur le grand emprunt lors d’une convention nationale. Face aux risques d’alourdir les déficits, l’UMP préconise de cibler les secteurs les plus porteurs pour réinvestir l’argent levé.

La majorité tient à son grand emprunt. Elle a tenté, mardi lors d’une convention, de déminer les critiques avant que la commission présidée par Alain Juppé et Michel Rocard ne rende sa copie début novembre.

"Je trouve très bien que nous prenions le temps de réfléchir aux virages technologiques et stratégiques que la France ne peut pas manquer", s’est félicité Eric Besson, secrétaire national à l’Avenir des Français au sein de l’UMP, en ouverture de la convention.

Annoncé par Nicolas Sarkozy le 22 juin, cet emprunt prévu pour 2010 vise, parallèlement au plan de croissance, à doper l’économie à plus long terme. Il est en particulier critiqué parce qu’il alourdirait automatiquement les déficits publics déjà creusés par la crise économique. "On ne paye les dettes d’hier qu’avec les revenus de demain" a tenté de rassurer à la tribune le conseiller spécial du président, Henri Guaino, par ailleurs à l’origine de l’idée.

Dans le reste de la majorité, on reste plus mesuré. Ainsi, le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, a lancé l’idée "d'une règle budgétaire nouvelle [...] qui interdirait, sauf période exceptionnelle de crise, d'adopter un budget présentant un déficit au-delà d'un certain pourcentage du PIB" - pourcentage qu'il n'a pas voulu préciser.

Le ministre du Budget, Eric Woerth, a, de son côté, prôné un ciblage des priorités. "On ne doit pas se disperser", a-t-il déclaré. "Il faut faire des choix en fonction de la rentabilité", a-t-il ajouté, en refusant de donner une idée du montant levé par l’emprunt.

L’emprunt sera-t-il a minima ? Le président de la commission sur le grand emprunt a estimé, lundi dans une interview au journal "Les Echos", que son montant ne devrait pas excédé les 30 milliards d’euros. C’est moins que ne le souhaitait le "père" du projet Henri Guaino. Quant à savoir si cet emprunt sera lancé auprès des institutions financières ou du public (ou bien les deux), le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand a, ce mardi, botté en touche. "Ce n'est pas l'objet du débat", a-t-il déclaré. L’idée de lever des fonds auprès des ménages français semble, elle, avoir fait long feu.
 

Première publication : 20/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)