Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

EUROPE

La Cour constitutionnelle autorise le procès de Demjanjuk

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2009

La Cour constitutionnelle d'Allemagne a rejeté la dernière possibilité d'appel de John Demjanjuk, inculpé de complicité dans le meurtre de 27 900 juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et dont le procès doit s'ouvrir le 30 novembre à Munich.

AFP - La Cour constitutionnelle allemande a jugé irrecevable mercredi les ultimes recours de l'ex-garde de camp nazi John Demjanjuk pour éviter un procès, qui doit donc débuter comme prévu le 30 novembre.

M. Demjanjuk, 89 ans, doit répondre devant un tribunal de Munich (sud) de participation à près de 28.000 assassinats dans un camp d'extermination nazi en 1943 où il aurait été garde.

Au moins 35 audiences sont prévues, étalées jusqu'en mai 2010, mais le procès pourrait se prolonger au-delà.

Sur la forme, les juges constitutionnels ont refusé d'examiner deux recours déposés par l'un des avocats de M. Demjanjuk, Ulrich Busch.

L'un visait à contester la date fixée par le tribunal de Munich pour l'ouverture du procès. L'autre demandait la remise en liberté de l'octogénaire, qui est en détention provisoire à Munich-Stadelheim depuis le mois de mai.

Les juges constitutionnels, basés à Karlsruhe (ouest) ont estimé que la première demande n'était pas de leur compétence et que la seconde n'était "pas justifiée".

Me Busch avait argué de la mauvaise santé de son client, que la justice allemande n'était pas compétente pour le juger, et que John Demjanjuk ayant déjà été emprisonné pendant 7 ans et demi en Israël "il ne lui reste pas un jour à purger en prison".

Condamné à mort en Israël en 1988, sur la base d'accusations selon lesquelles il aurait été gardien au camp de Treblinka sous le sobriquet d'"Ivan le Terrible", Demjanjuk avait ensuite été acquitté par la Cour suprême israélienne en raison de doutes sur son identité.

Apatride né en Ukraine, Demjanjuk a été expulsé en mai vers l'Allemagne des Etats-Unis où il vivait depuis les années 50.

Il est soupçonné d'avoir officié pendant environ six mois comme gardien à Sobibor (aujourd'hui en Pologne), du 27 mars à fin septembre 1943.

Première publication : 21/10/2009

COMMENTAIRE(S)