Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

Economie

Défiant les prévisions, Yahoo! triple ses bénéfices

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2009

Les résultats du groupe Internet américain pour le troisième trimestre de 2009 sont bien meilleurs que ceux que le marché avait prévu. Son bénéfice net a plus que triplé, pour atteindre plus de 187 millions de dollars.

Après Apple lundi, Yahoo! a, à son tour, fait bonne impression sur les marchés en révélant ses résultats du troisième trimestre, mardi. Le bénéfice net de l'entreprise a triplé par rapport à la même période l'an passé, pour s’établir à 187,8 millions de dollars. Les analystes s’attendaient à un chiffre d’affaires de 1,12 milliard de dollars, le géant californien de l’Internet a fait légèrement mieux avec 1,13 milliard.

"Nous avons eu un trimestre solide", s’est réjoui Timothy Morse, le directeur financier de Yahoo!, dans un entretien au site Bloomberg. L’affaire était pourtant mal engagée... Lorsque Carol Bartz succède à  Jerry Yang, le fondateur du portail, au poste de PDG en janvier dernier, la maison Yahoo! semble prendre l’eau. Certains s’attendaient même à ce que Microsoft la rachète. Au mois de juillet, les deux sociétés ont, certes, signé un accord, mais il concerne uniquement les secteurs de la recherche et de la publicité. La société conserve donc son indépendance.

Rigueur

C'est qu'entre-temps, la direction a fait le grand ménage. Sous la direction de Carol Bartz, plus de 2 000 salariés ont été licenciés et plusieurs sites dirigés par Yahoo! ont été fermés. Une politique de rigueur qui porte ses fruits, et permet aujourd'hui à l'entreprise d'afficher des résultats qui dépassent - et de loin - les prévisions des marchés. 

"Nos activités principales se sont stabilisées", souligne Carol Bartz dans un communiqué. Désormais, la société mise, avant tout, sur un portail refait à neuf et sur le placement publicitaire à travers des bannières. Une campagne de 100 millions de dollars censée définir le "nouveau Yahoo!" a ainsi été lancée il y a moins d’un mois. Mais cette stratégie de réorientation a poussé la firme à abandonner l'un de ses secteurs d'activité historiques : la recherche sur Internet. C’est Microsoft et son nouveau moteur Bing qui est utilisé sur le site de Yahoo!.

Si le géant de l’Internet a donc redresser la barre, il n’a, toutefois, pas totalement retourné la tendance. Aussi surprenantes qu'elles soient, ses recettes du troisième trimestre n'en sont pas moins en baisse de 12 % par rapport à l’an dernier, signe que les publicitaires restent frileux dans le contexte économique actuel. Pour la première fois de son histoire, le marché publicitaire en ligne devrait reculer en 2009  aux États-Unis, estime le cabinet d’étude américain eMarketer Inc. Celui-ci s’attend à une baisse de 2,9 %, contre une hausse de 4,5 % l'an dernier.
 

 

Première publication : 21/10/2009

COMMENTAIRE(S)