Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

Culture

L'avocat de Polanski dément que le cinéaste soit prêt à faire face à ses juges aux États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2009

Selon l'un des avocats de Polanski, le cinéaste ne changera pas de stratégie et ne se rendra pas aux États-Unis pour faire face à ses juges, contrairement à la déclaration de Me Georges Kiejman, un autre avocat du réalisateur.

REUTERS - Les déclarations de Me Georges Kiejman laissant entendre que Roman Polanski pourrait choisir de se rendre aux Etats-Unis pour faire face à ses juges ont été mal comprises et la stratégie du cinéaste n'a pas changé, a déclaré mercredi soir à Reuters l'un de ses avocats.

"Il y a eu des propos de Me Kiejman qui ont été mal compris. Il n'y a aucun changement de stratégie, il n'y a eu aucun changement de cap", a déclaré Me Hervé Temime.

Ce dernier a nié toute divergence avec George Kiejman, l'un des avocats de Roman Polanski et ami du cinéaste depuis près de trente ans. "Il n'y a aucun désaccord. Me Kiejman a été mal compris", a souligné Me Hervé Temime.

Interrogé mercredi matin sur Europe 1, Georges Kiejman a déclaré que Roman Polanski, incarcéré depuis le 26 septembre en Suisse sur demande de la justice américaine, pourrait choisir d'aller aux Etats-Unis pour s'expliquer dans l'hypothèse où la demande d'extradition tardait à parvenir aux autorités suisses.

Le réalisateur, aujourd'hui âgé de 76 ans, avait été arrêté en 1977 à Los Angeles pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure de 13 ans et avait purgé six semaines de prison après avoir plaidé coupable. Il avait quitté les Etats-Unis en 1978 pour ne plus jamais y revenir. La victime a depuis retiré sa plainte mais la justice américaine demande son extradition.

Les Etats-Unis ont jusqu'à la fin novembre pour déposer une demande d'extradition.

"Une procédure d'extradition peut durer des mois", a expliqué Me Georges Kiejman sur Europe 1.

"On peut s'acheminer vers une extradition si la justice suisse ne tient pas compte des arguments qui pourraient s'y opposer", a-t-il poursuivi.

"Si cette procédure s'éternise, il n'est pas complètement impossible que Roman Polanski choisisse d'aller enfin s'expliquer aux Etats-Unis où ces arguments en sa faveur ne sont pas inexistants", a-t-il ajouté.

 

Première publication : 22/10/2009

  • AFFAIRE POLANSKI

    La justice suisse rejette la demande de mise en liberté provisoire du cinéaste

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Polanski veut finir son dernier film... en prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)