Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

L'Egypte s'oppose à la présence de l'Israélien Lieberman à une réunion de l'UPM

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2009

Selon des sources diplomatiques, Le Caire serait opposé à la venue du ministre israélien des Affaires étrangères à une réunion des pays de l'Union pour la Méditerranée (UPM), prévue en novembre.

AFP - L'Egypte s'oppose à la venue du chef de la diplomatie israélienne, l'ultranationaliste Avigdor Lieberman, à une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union pour la Méditerranée (UPM), a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques au Caire.
   
Le refus du Caire, qui assure avec Paris la co-présidence de l'UPM, pourrait menacer la tenue de cette rencontre prévue en novembre à Istanbul (Turquie), au moment où le processus redémarre après des mois de mise en veilleuse.
   
Une source diplomatique égyptienne a indiqué à l'AFP que le Caire "ne voulait pas envoyer d'invitation au ministre israélien", dont plusieurs déclarations par le passé ont brouillé les rapports avec l'Egypte.
   
Le Caire "accepterait en revanche qu'il se fasse représenter", a assuré cette source, sous couvert de l'anonymat.
   
La présence de M. Lieberman, tenant d'une ligne dure face aux Palestiniens dont il récuse le droit à avoir un Etat, n'est également pas souhaitée par d'autres capitales arabes, selon d'autres sources diplomatiques au Caire.
   
Un officiel israélien, interrogé par l'AFP à Jérusalem, a démenti que ce soit la personne de M. Lieberman qui pose problème.
   
"La question de fond depuis le début c'est que l'Egypte et les pays arabes refusent de discuter de projets communs de coopération avec Israël", a-t-il affirmé sous couvert de l'anonymat.
   
M. Lieberman s'est attiré les foudres de l'Egypte pour des propos tenus par le passé dans lesquels il affirmait qu'Israël pourrait répondre à une attaque égyptienne en bombardant le barrage d'Assouan, dans le sud du pays.
   
Il avait également provoqué une polémique en affirmant que le président égyptien Hosni Moubarak, qui refuse de se rendre en Israël, pouvait "aller au diable".
   
Projet phare de la présidence française de l'Union européenne, au second semestre 2008, l'UPM ambitionne, en développant des projets concrets dans divers domaines (environnement, transports, énergie, culture, éducation...) de relancer la coopération euro-méditerranéenne lancée en 1995 à Barcelone, et largement restée lettre morte.
   
L'UPM compte une quarantaine de membres, dont les pays de l'UE, la Turquie, Israël et les pays arabes riverains de la Méditerranée. Elle est co-présidée par le président français Nicolas Sarkozy et M. Moubarak.
   
Mis en sommeil après le conflit de Gaza de l'hiver dernier, le projet s'est remis timidement en marche au début de l'été. L'UPM n'a toutefois toujours pas de secrétaire général.
   
Le refus de la présence de M. Lieberman survient quelques semaines après l'échec cuisant du candidat égyptien Farouk Hosni pour la direction de l'Unesco, qui a provoqué des craintes de voir Le Caire se crisper sur d'autres dossiers diplomatiques.
   
Certains font toutefois valoir que l'hostilité de l'Egypte envers M. Lieberman est ancienne et profonde, tout spécialement de la part de M. Moubarak.
   
"Les indicateurs sont depuis longtemps au orange" au sujet d'un rejet par l'Egypte de la présence de M. Lieberman à l'UPM, fait valoir un diplomate au Caire.

 

Première publication : 21/10/2009

COMMENTAIRE(S)