Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pendant ce temps, au Nigeria..."

En savoir plus

SUR LE NET

Mexique : réactions à l'annonce de la mort de 43 étudiants

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sans-cravates ou sans-culottes ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

Economie

Jean-Marie Messier, l'ex-patron de Vivendi, renvoyé devant le tribunal correctionnel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/10/2009

L'ex-patron de Vivendi Universal a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour "diffusion d'informations fausses ou trompeuses" sur la situation financière du groupe en 2001, manipulation de cours et abus de biens sociaux.

AFP - L'ancien patron de Vivendi Universal (VU), Jean-Marie Messier, et l'ancien vice-président, Edgar Bronfman Jr, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel dans le dossier des malversations présumées au sein du groupe, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier.

Dans son ordonnance de renvoi du 16 octobre, le juge d'instruction Jean-Marie d'Huy va à l'encontre du réquisitoire de non-lieu général demandé par le parquet fin janvier.

Le magistrat renvoie Jean-Marie Messier des chefs de diffusion d'informations fausses ou trompeuses, de manipulation de cours et d'abus de biens sociaux.

Il considère notamment que le patron du groupe de communication et de médias a diffusé au public de "informations fausses ou trompeuses" sur le niveau d'endettement du groupe et sur la situation financière du groupe pour l'exercice 2001.

Le juge d'Huy considère qu'Edgard Bronfman Jr, vice-exécutif du groupe, doit être jugé pour délit d'initié après avoir vendu des stock-options en janvier 2002 alors qu'il avait "connaissance de faits non communiqués au public", selon l'ordonnance consultée par l'AFP.

Au total, sept personnes, dont l'ancien directeur financier du groupe Guillaume Hannezo et son ancien directeur général Eric Licoys, sont renvoyés devant le tribunal.

Cette décision intervient alors que Vivendi Universal et Jean-Marie Messier comparaissent devant un tribunal de New York, qui pourrait les forcer à verser des milliards de dollars d'indemnités à leurs actionnaires pour avoir embelli les comptes du groupe jusqu'en 2002.
 

Première publication : 22/10/2009

COMMENTAIRE(S)