Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

Moyen-orient

Damas veut réviser l'accord d'association avec l'UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/10/2009

Le président Bachar al-Assad souhaite "réviser" l'accord d'association entre la Syrie et l'Union européenne. La signature de cet accord devait avoir lieu le 26 octobre, mais vient d'être reportée sine die à la demande de Damas.

AFP - Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé jeudi que Damas souhaitait "réviser" l'accord d'association avec l'Union européenne (UE), dont la signature, espérée fin octobre, vient d'être reportée sine die à la demande de son pays.
  
"Nous devons réviser l'accord d'association avec l'Europe comme je l'ai dit lors de mon entretien avec la présidente" finlandaise Tarja Halonen, qui effectue une visite en Syrie, a indiqué M. Assad lors d'une conférence de presse diffusée à la télévision syrienne.
  
"J'ai toujours soutenu le partenariat avec l'Union européenne, il s'agit d'une priorité. Mais nous devons d'abord coopérer (sur le terrain) d'une manière efficace avec l'Europe avant de signer cet accord d'association, qui est une question technique", a-t-il poursuivi.
  
L'UE espérait signer un accord d'association avec la Syrie le 26 octobre. Mais cette signature a été reportée à une date indéterminée à la demande de Damas, qui a réclamé une période de réflexion, selon une source diplomatique à Bruxelles.
  
"Les autorités syriennes nous ont envoyé cette semaine une lettre pour demander le report de la signature", avait indiqué mardi cette source proche de la présidence suédoise de l'UE.
  
Les pays de l'UE se sont mis d'accord le 8 octobre pour parapher cet accord d'association avec la Syrie après plusieurs années d'hésitations, liées notamment à la situation des droits de l'Homme dans ce pays.
  
Un compromis prévoit que le projet de texte avec Damas soit accompagné d'une déclaration séparée des Etats européens, dans lequel figure la possibilité de suspendre l'accord en cas d'atteinte aux droits de l'Homme en Syrie.
  
Dès le 14 octobre, le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem avait émis des doutes sur la possibilité de signer le 26 octobre à Luxembourg, comme l'espéraient les Européens.
  
"Si le gouvernement syrien termine son étude durant la présidence suédoise (de l'UE qui dure jusque fin décembre 2009), nous signerons l'accord. (Sinon) nous le signerons durant la présidence espagnole", qui commence le 1er janvier 2010, avait indiqué M. Mouallem.

Première publication : 22/10/2009

COMMENTAIRE(S)