Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Qu'achètent les Etats-Unis en Afghanistan?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Code du travail : le dernier round

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Fou ou terroriste?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron : 100 jours à l'Élysée, entre couacs et mesures impopulaires, déjà le désamour ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron : 100 jours à l'Élysée, entre couacs et mesures impopulaires, déjà le désamour ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

Afrique

Le président Ben Ali brigue un cinquième quinquennat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/10/2009

Les Tunisiens sont invités à désigner, ce dimanche, leurs députés et leur président. Sans grande surprise, le chef de l'État sortant, Zine el-Abidine Ben Ali, devrait rempiler pour un cinquième quinquennat.

REUTERS- Arrivé au pouvoir il y a 22 ans en écartant Habib Bourguiba pour cause de "sénilité", le président tunisien Zine el Abidine ben Ali brigue dimanche son cinquième quinquennat depuis sa première confirmation par les électeurs à la tête du pays, en 1989.

Le chef de l'Etat tunisien, qui est âgé de 73 ans, est quasiment assuré de sa reconduction, bien que trois autres candidats soient en lice, dont un seul opposant crédible, Ahmed Brahim, du mouvement Ettajdid (Renouveau).

Les détracteurs du président sortant l'accusent d'avoir réduit au silence toute dissidence, mais nombre de Tunisiens plaident qu'il a métamorphosé leur petit pays étroitement dépendant du tourisme en l'un des plus prospères et stables politiquement d'Afrique du Nord.

"Quelqu'un que vous connaissez est tout simplement mieux que quelqu'un que vous ne connaissez pas", explique Hayet, une électrice qui votera Ben Ali dimanche à Tunis, la capitale ornée de portraits du chef de l'Etat sortant et de banderoles appelant la population à lui confirmer sa confiance.

Après avoir déposé en novembre 1987 Bourguiba, le "père de l'indépendance" dont il

était alors Premier ministre, Ben Ali a été confirmé en 1989 à la présidence puis réélu cinq ans plus tard, sans opposition. Il a ensuite été reconduit en 1999 et 2004 avec plus de 99% et de 94% des voix, malgré l'introduction formelle du multipartisme.

Dimanche, les Tunisiens sont également appelés à renouveler leur parlement, où le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti du président, détient 80% des sièges et devrait retrouver sans difficulté sa majorité.
 
"Un vernis de démocratie"?
 
En lançant sa campagne, Ben Ali a promis que, une fois réélu, il réduirait le chômage et s'efforcerait d'accroître de 40% le revenu par habitant, déjà comparativement haut dans ce pays qui compte plus de dix millions d'âmes.

"Aucune famille tunisienne ne restera sans travail ou source de revenu pour au moins un de ses membres d'ici à la fin de 2014", a promis cet ancien responsable de l'appareil de sécurité tunisien originaire de Hammam Sousse, près de Sousse, dans la province du Sahel.

Ben Ali a aussi promis plus de démocratie. "L'étape à venir verra l'Etat soutenir davantage les partis politiques, la presse et les médias en général", a ajouté cet ancien officier éduqué en France et aux Etats-Unis.
 

Bien qu'il soit largement dépassé en terme de longévité au pouvoir par son homologue et voisin libyen Mouammar Kadhafi, le chef de l'Etat tunisien sortant est devenu en Afrique l'un des doyens mais il semble en bonne santé et fait des apparitions
publiques fréquentes.

Les organisations de défense des droits de l'homme jugent que le système politique tunisien ne présente qu'un vernis de démocratie et affirment qu'il réprime durement toute opposition, une accusation que le gouvernement nie farouchement.

Le président Ben Ali est soumis à des pressions intérieures et extérieures pour concéder une véritable ouverture politique à l'occasion de sa vraisemblable reconduction à la présidence jusqu'en 2014. Mais ses opposants demeurent sceptiques.

"Rien ne suggère qu'il y a des (vraies) élections dans ce pays. Ce scrutin était censé montrer la maturité des Tunisiens, mais il semble que ce soit une occasion manquée", déplore Fathi Touzri, qui a vainement tenté de se faire élire en tant qu'indépendant aux dernières législatives.

Avant même l'ouverture de la campagne, la principale formation d'opposition, le Parti démocrate progressiste, avait annoncé le boycottage des scrutins législatif et présidentiel, qu'il juge dénués de sens.
 

Première publication : 23/10/2009

  • AFRIQUE

    Changer la Constitution pour régner plus longtemps, une coutume

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Analyse : À quoi le président Ben Ali doit-il sa longévité ?

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ben Ali, portrait d'un président à vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)