Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Economie

Nokia traduit Apple et son iPhone en justice

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/10/2009

Le premier constructeur mondial de téléphones portables a déposé plainte pour violation de brevets contre le créateur de l’iPhone. Un recours qui annonce une longue bataille juridique dont les enjeux sont plus stratégiques que financiers.

Alors qu’Apple s’installe de plus en plus sur le marché de la téléphonie mobile avec son iPhone, le leader du secteur, le finlandais Nokia, a décidé de déposer plainte contre son concurrent pour violations de brevets dans les smartphones (téléphones dits intelligents connectés à l’Internet). La marque à la pomme n’a, pour l’heure, pas encore réagi.

Le recours, déposé devant une cour de l’Etat du Delaware, aux États-Unis, liste 10 brevets déposés par le géant finlandais, dont des technologies sans fil, le cryptage vocal et certaines normes de sécurité, qui seraient utilisées par Apple sans qu’il ne s’acquitte des droits de licence. Il serait l’un des rares acteurs de ce marché, d’après Nokia, à ne pas avoir signé d’accord.

Dans un communiqué, le constructeur affirme qu’il ne va pas laisser Apple "profiter gratuitement de ces innovations" alors qu’il a dépensé plus de 40 milliards d’euros en recherches et développement. Nokia affirme avoir demandé à plusieurs reprises à son concurrent américain de signer les accords de brevets. Sans succès. Il s’agirait du "dernier recours" pour le géant des télécommunications qui ne demande pas l’arrêt des ventes de l’iPhone mais le versement de dommages et intérêts.

Goutte d’eau

La bataille juridique qui s’annonce risque d’être longue. "Rien que pour établir la violation de brevet, il faut prévoir des années", estime dans le "New York Times" Jerry A. Kaufman, le président d’Alexandre Resources, une agence de consulting américaine spécialisée dans les questions de brevets.

Plus qu’une histoire de gros sous, cette action en justice pourrait être une réaction de Nokia à la montée en puissance d’Apple. Pour le fabricant finlandais, les royalties dérivées de ses brevets ne constituent en effet qu’une goutte d’eau dans son chiffre d’affaires. "Seulement 1 ou 2 % du prix des téléphones", précise Jerry A. Kaufman. Apple lui devrait quelques centaines de millions de dollars.

Par cette action, Nokia chercherait plutôt à contraindre un poids lourd des smartphones à suivre ses propres règles. Aux Etats-Unis, marché stratégique pour la téléphonie mobile, l’iPhone possède 22 % des parts de marché du secteur, selon une enquête du cabinet d’étude IDC.

 

Première publication : 23/10/2009

COMMENTAIRE(S)