Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Afrique

Le président Sassou Nguesso accusé d'avoir usurpé la signature de Nelson Mandela

©

Vidéo par Arnaud ZAJTMAN , Marlène RABAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/10/2009

Pour les besoins de son livre, le président congolais Denis Sassou Nguesso a repris un discours de l'ancien chef de l'État sud-africain datant de 1996. Sans autorisation. La Fondation Nelson Mandela envisage de porter plainte.

Embrouille entre la Fondation Nelson Mandela et la présidence de la République du Congo-Brazzaville. Dans un livre publié juste avant sa réélection du mois de juillet, le numéro un congolais Denis Sassou Nguesso aurait utilisé de façon abusive des propos prêtés à l’ancien chef de l'Etat sud-africain Nelson Mandela.

Dans l’avant-propos, le texte, attribué à la figure de la lutte anti-apartheid, affirme : "Je reconnais en Denis Sassou Nguesso, un homme qui n'est pas seulement un de nos grands dirigeants africains, mais aussi un de ceux qui ont donné leur appui inconditionnel à la demande de nos combattants pour la liberté, et qui ont travaillé sans relâche pour libérer les peuples opprimés de leurs chaînes et aider à restaurer leur dignité et d'espoir." A Brazzaville, le livre fait un tabac...

Seul hic, selon la Fondation Nelson Mandela, ce dernier n’a pas lu le livre de Sassou Nguesso... et n’a donc pas pu en écrire l’avant-propos. La Fondation accuse le pouvoir de Brazaville d’avoir utilisé de façon abusive un extrait de discours de Nelson Mandela datant de 1996 et promet des poursuites.

"Ce n'est pas honnête"

Au Congo, l’opposition a emboîté le pas. Mathias Dzon, président du Front des partis de l’opposition, rappelle que "lorsque l’ANC [Congrès national africain] luttait pour l’indépendance de l’Afrique du Sud, le Congo l'a beaucoup soutenu. Mais le mettre dans un livre de propagande politique, ce n’est pas honnête, le contexte n’est plus du tout le même".

Sous prétexte que le Congo-Brazzaville a autrefois soutenu la lutte contre l’apartheid, le pouvoir d’aujourd’hui pensait pouvoir utiliser le discours de1996 sans autorisation. Alain Akoualla, ministre d’Etat, estime que "l’autorisation a été obtenue par le sang que les Congolais ont versé pour la libération de Nelson Mandela, lorsqu’il était en prison et traité de terroriste".

Certes, Brazzaville fut autrefois un haut lieu de la lutte contre l’apartheid sud-africain. Mais la Fondation Nelson Mandela ne reconnaît pas au président Sassou Nguesso le droit de faire une utilisation politique de cet héritage.

 

Première publication : 24/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)