Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Afrique

Le président Sassou Nguesso accusé d'avoir usurpé la signature de Nelson Mandela

Vidéo par Arnaud ZAJTMAN , Marlène RABAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/10/2009

Pour les besoins de son livre, le président congolais Denis Sassou Nguesso a repris un discours de l'ancien chef de l'État sud-africain datant de 1996. Sans autorisation. La Fondation Nelson Mandela envisage de porter plainte.

Embrouille entre la Fondation Nelson Mandela et la présidence de la République du Congo-Brazzaville. Dans un livre publié juste avant sa réélection du mois de juillet, le numéro un congolais Denis Sassou Nguesso aurait utilisé de façon abusive des propos prêtés à l’ancien chef de l'Etat sud-africain Nelson Mandela.

Dans l’avant-propos, le texte, attribué à la figure de la lutte anti-apartheid, affirme : "Je reconnais en Denis Sassou Nguesso, un homme qui n'est pas seulement un de nos grands dirigeants africains, mais aussi un de ceux qui ont donné leur appui inconditionnel à la demande de nos combattants pour la liberté, et qui ont travaillé sans relâche pour libérer les peuples opprimés de leurs chaînes et aider à restaurer leur dignité et d'espoir." A Brazzaville, le livre fait un tabac...

Seul hic, selon la Fondation Nelson Mandela, ce dernier n’a pas lu le livre de Sassou Nguesso... et n’a donc pas pu en écrire l’avant-propos. La Fondation accuse le pouvoir de Brazaville d’avoir utilisé de façon abusive un extrait de discours de Nelson Mandela datant de 1996 et promet des poursuites.

"Ce n'est pas honnête"

Au Congo, l’opposition a emboîté le pas. Mathias Dzon, président du Front des partis de l’opposition, rappelle que "lorsque l’ANC [Congrès national africain] luttait pour l’indépendance de l’Afrique du Sud, le Congo l'a beaucoup soutenu. Mais le mettre dans un livre de propagande politique, ce n’est pas honnête, le contexte n’est plus du tout le même".

Sous prétexte que le Congo-Brazzaville a autrefois soutenu la lutte contre l’apartheid, le pouvoir d’aujourd’hui pensait pouvoir utiliser le discours de1996 sans autorisation. Alain Akoualla, ministre d’Etat, estime que "l’autorisation a été obtenue par le sang que les Congolais ont versé pour la libération de Nelson Mandela, lorsqu’il était en prison et traité de terroriste".

Certes, Brazzaville fut autrefois un haut lieu de la lutte contre l’apartheid sud-africain. Mais la Fondation Nelson Mandela ne reconnaît pas au président Sassou Nguesso le droit de faire une utilisation politique de cet héritage.

 

Première publication : 24/10/2009

COMMENTAIRE(S)