Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'armée pakistanaise s'empare d'un fief taliban au Waziristan

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/10/2009

L'armée pakistanaise a repris le contrôle de la ville de Kotkai, une place forte des taliban au Sud-Waziristan, une semaine après le lancement d'une offensive militaire majeure dans la région.

AFP - Les forces pakistanaises ont annoncé un premier succès dans leur offensive lancée il y a une semaine contre les talibans dans le Waziristan du Sud avec la prise de Kotkai, le fief du chef des rebelles Hakimullah Mehsud, dans la nuit de vendredi à samedi.

Un missile tiré par un drone américain a par ailleurs tué quatorze personnes à Bajaur, un autre district des zones tribales du nord-ouest du Pakistan, à la frontière avec l'Afghanistan, selon un responsable de l'administration locale, Mohammad Jamil.

Un responsable de la sécurité a précisé que les morts étaient tous des insurgés, parmi lesquels trois combattants étrangers. Depuis 2008, quelques 70 attaques de drones américains ont fait près de 600 morts dans le nord-ouest du Pakistan, selon les responsables pakistanais.

Depuis une semaine, plus de 30.000 soldats, appuyés par des avions de combat, des hélicoptères d'attaque et des tirs d'artillerie lourde, mènent une opération visant à déloger les talibans de leur bastion du Waziristan du Sud, situé dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan.

"Les forces de sécurité ont pris aujourd'hui le contrôle total de Kotkai, après des combats intenses", a déclaré samedi le porte-parole de l'armée, le général Athar Abbas, lors d'une conférence de presse.

"Le processus de fouille et de destruction des bombes artisanales, mines et pièges explosifs disposés dans le village se poursuit", a-t-il ajouté.

La prise de Kotkai a été qualifiée de "percée majeure" par une source militaire, rappelant qu'il s'agit d'un bastion des talibans et du village natal de Hakimullah Mehsud et Qari Hussain. Le premier est le chef du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP) et le second l'un de ses lieutenants, considéré comme le cerveau de nombreux attentats suicide commis au Pakistan.

L'armée avait annoncé dès lundi avoir encerclé Kotkai. Mais depuis une semaine, la progression des troupes est très lente, une dizaine de kilomètres environ, en raison du terrain montagneux et d'accès difficile, des mines et de la résistance des talibans, bien retranchés dans des bunkers et des maisons fortifiés.

L'armée a fait état samedi dans un communiqué de la mort de 21 rebelles et trois soldats au cours des dernières 24 heures, portant à 167 le nombre d'insurgés et à 25 celui de militaires tués depuis le début de l'offensive terrestre. Tous ces bilans ne peuvent être vérifiés de source indépendante, les zones des combats étant inaccessibles.

Le Pakistan est le théâtre, depuis plus de deux ans, d'une vague d'attentats qui a tué près de 2.300 personnes, perpétrés pour l'essentiel par des kamikazes du TTP, qui a fait allégeance à Al-Qaïda.

Les autorités pakistanaises se sont engagées à en finir avec le réseau terroriste en lançant le 17 octobre, après plusieurs mois de bombardements, une offensive terrestre.

Les 30.000 militaires engagés au sol dans cette opération font face, selon divers experts, à environ 10.000 talibans pakistanais, épaulés par un nombre indéterminé de combattants étrangers.

Alors que près de 140.000 civils ont déjà fui la région des combats selon un nouveau bilan samedi des Nations unies, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est plaint vendredi de ne pas avoir accès aux zones de combat. "Ce que nous voyons maintenant, c'est une augmentation, forte et très préoccupante, du nombre de victimes civiles", a déploré à Genève Jacques de Maio, le chef des opérations du CICR pour l'Asie du sud.

L'armée pakistanaise n'a pas fait état de victimes civiles.

Depuis 2002, l'armée pakistanaise a perdu plus de 2.000 soldats dans des combats contre les islamistes dans les zones tribales et le nord-ouest du pays, sans parvenir à aucun résultat concret.

Première publication : 24/10/2009

COMMENTAIRE(S)