Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Échauffourées entre police et musulmans sur l'esplanade des Mosquées

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2009

Des heurts ont éclaté entre la police israélienne et des manifestants palestiniens, dans la Vieille ville de Jérusalem, à proximité de la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l'islam.

AFP - De nouveaux incidents ont éclaté dimanche entre fidèles musulmans et policiers israéliens sur l'esplanade des Mosquées, site sacré pour l'islam et le judaïsme devenu une poudrière au coeur de la Vieille ville de Jérusalem.
   
Quinze manifestants ont été arrêtés et le site a été fermé "jusqu'à nouvel ordre" à tous les visiteurs, a précisé la police. Trois policiers ont été blessés, selon la radio.
   
La tension est vive depuis la fin septembre sur l'esplanade et dans certains quartiers arabes de Jérusalem, où des affrontements parfois violents ont opposé jeunes Palestiniens et forces de l'ordre ces dernières semaines.
   
"Nous avons déployé des forces dans la Vieille ville de Jérusalem à la suite d'appels

lancés par des juifs et des musulmans du Mouvement islamique", a déclaré Dudi Cohen, le chef de la police israélienne.
   
"Nous agirons d'une main très ferme contre les fauteurs de troubles ainsi que contre ceux qui incitent aux violences", a averti M. Cohen.
   
Plus d'une centaines de jeunes sont retranchés à l'intérieur d'une des mosquées de l'esplanade, selon la police qui a appelé ces protestataires à sortir.
   
De son côté, l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas a exhorté Israël à "stopper tous ses actes de provocation".
   
"Jérusalem est une ligne rouge à ne pas franchir. Nous demandons à la communauté internationale de faire pression sur le gouvernement israélien pour qu'il mette fin à des actes qui ne font qu'enflammer la région", a affirmé un porte-parole palestinien Nabil Abou Roudeina.
   
La police est intervenue à deux reprises dimanche matin sur l'esplanade des Mosquées à la suite de jets de pierres. Les policiers ont évacué les lieux après avoir dispersé les manifestants à l'aide de grenades assourdissantes.
   
"La police affirme toujours que les croyants jettent des pierres, comme prétexte à ses attaques. Mais elle veut simplement justifier ses crimes", a accusé Kamal Khatib, un porte-paroles du Mouvement islamique arabe israélien, une organisation en pointe lors des récents incidents à Jérusalem.
   
La police avait renforcé ses patrouilles dans la Vieille ville de Jérusalem à la suite d'appels lancés ces derniers jours par des Palestiniens et des Arabes israéliens pour venir "défendre l'esplanade des Mosquées".
   
Selon les radios israéliennes, ce dispositif policier a été mis en place à la suite de l'organisation d'un meeting dimanche à Jérusalem d'une association ultra-nationaliste, "Eretz Israel Shelanou" (La Terre d'Israël est à nous").
   
Cette organisation, qui a obtenu le soutien de rabbins et de députés d'extrême-droite, s'est fixée comme objectif de convaincre les juifs de "monter en ordre" vers l'esplanade des Mosquées.
   
"Le peuple juif doit se rendre au Mur des Lamentations et au Mont du Temple afin que ce site devienne un lieu de paix et de sérénité, et non pas de haine et de terrorisme contre le monde entier", a expliqué le dirigeant de ce mouvement, Yéhuda Glick.
   
Ce site, qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, est le troisième lieu saint de l'islam après La Mecque et Médine. Il est aussi l'endroit le plus sacré pour les juifs qui l'appellent le Mont du Temple.
   
Le conflit s'est rallumé à la fin septembre, des Palestiniens protestant contre l'intrusion selon eux d'extrémistes juifs venus prier sur l'esplanade, ce que la police a démenti.
   
C'est une visite --perçue comme provocatrice-- du chef de la droite israélienne de l'époque, Ariel Sharon, sur la même esplanade qui avait déclenché la seconde Intifada, dite "L'Intifada d'Al-Aqsa", le 28 septembre 2000, et embrasé les Territoires palestiniens.

Première publication : 25/10/2009

COMMENTAIRE(S)