Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Une journaliste condamnée à 60 coups de fouet pour un reportage jugé immoral

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2009

Une journaliste a été condamnée à 60 coups de fouet après la diffusion sur une chaîne libanaise, interdite dans le royaume wahhabite, d'un reportage consacré à un Saoudien se vantant de ses exploits sexuels.

REUTERS - Un tribunal saoudien a condamné samedi une journaliste à 60 coups de fouet après la diffusion par une chaîne de télévision libanaise pour laquelle elle travaillait de la confession d'un Saoudien se vantant de ses exploits sexuels, ont rapporté la journaliste et un avocat.

Rosana, 22 ans, a expliqué qu'un tribunal de Djeddah l'avait condamnée au motif que la Lebanese Broadcasting Corporation (LBC) pour laquelle elle travaillait n'avait pas d'autorisation d'opérer en Arabie saoudite.

Le même tribunal avait condamné en octobre l'auteur de la confession, Mazen Abdul-Awad, à cinq ans de prison et à 1.000 coups de fouet.

"Je n'avais rien avoir avec l'émission sur Mazen Abdul-Awad. J'ai été condamnée uniquement parce que j'ai travaillé pour LBC", a dit à Reuters la jeune journaliste, qui n'a pas souhaité dévoiler son nom de famille.
 
"Je ne savais pas (que LBC n'avait pas d'autorisation), mais c'est le verdict et je l'accepte. Je ne souhaite pas faire appel", a ajouté Rosana.

Le tribunal n'a pu être contacté et à Ryad, le ministère de l'Information s'est refusé à tout commentaire.

Les autorités saoudiennes ont fermé les bureaux de LBC après la diffusion de l'émission litigieuse. LBC a notamment pour actionnaire un milliardaire saoudien, le prince Alwalid ben Talal.

Première publication : 25/10/2009

COMMENTAIRE(S)