Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Arnaud Danjean : "Les Européens doivent assumer leur sécurité de façon plus autonome"

En savoir plus

Moyen-orient

Une journaliste condamnée à 60 coups de fouet pour un reportage jugé immoral

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2009

Une journaliste a été condamnée à 60 coups de fouet après la diffusion sur une chaîne libanaise, interdite dans le royaume wahhabite, d'un reportage consacré à un Saoudien se vantant de ses exploits sexuels.

REUTERS - Un tribunal saoudien a condamné samedi une journaliste à 60 coups de fouet après la diffusion par une chaîne de télévision libanaise pour laquelle elle travaillait de la confession d'un Saoudien se vantant de ses exploits sexuels, ont rapporté la journaliste et un avocat.

Rosana, 22 ans, a expliqué qu'un tribunal de Djeddah l'avait condamnée au motif que la Lebanese Broadcasting Corporation (LBC) pour laquelle elle travaillait n'avait pas d'autorisation d'opérer en Arabie saoudite.

Le même tribunal avait condamné en octobre l'auteur de la confession, Mazen Abdul-Awad, à cinq ans de prison et à 1.000 coups de fouet.

"Je n'avais rien avoir avec l'émission sur Mazen Abdul-Awad. J'ai été condamnée uniquement parce que j'ai travaillé pour LBC", a dit à Reuters la jeune journaliste, qui n'a pas souhaité dévoiler son nom de famille.
 
"Je ne savais pas (que LBC n'avait pas d'autorisation), mais c'est le verdict et je l'accepte. Je ne souhaite pas faire appel", a ajouté Rosana.

Le tribunal n'a pu être contacté et à Ryad, le ministère de l'Information s'est refusé à tout commentaire.

Les autorités saoudiennes ont fermé les bureaux de LBC après la diffusion de l'émission litigieuse. LBC a notamment pour actionnaire un milliardaire saoudien, le prince Alwalid ben Talal.

Première publication : 25/10/2009

COMMENTAIRE(S)