Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-orient

Une journaliste condamnée à 60 coups de fouet pour un reportage jugé immoral

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2009

Une journaliste a été condamnée à 60 coups de fouet après la diffusion sur une chaîne libanaise, interdite dans le royaume wahhabite, d'un reportage consacré à un Saoudien se vantant de ses exploits sexuels.

REUTERS - Un tribunal saoudien a condamné samedi une journaliste à 60 coups de fouet après la diffusion par une chaîne de télévision libanaise pour laquelle elle travaillait de la confession d'un Saoudien se vantant de ses exploits sexuels, ont rapporté la journaliste et un avocat.

Rosana, 22 ans, a expliqué qu'un tribunal de Djeddah l'avait condamnée au motif que la Lebanese Broadcasting Corporation (LBC) pour laquelle elle travaillait n'avait pas d'autorisation d'opérer en Arabie saoudite.

Le même tribunal avait condamné en octobre l'auteur de la confession, Mazen Abdul-Awad, à cinq ans de prison et à 1.000 coups de fouet.

"Je n'avais rien avoir avec l'émission sur Mazen Abdul-Awad. J'ai été condamnée uniquement parce que j'ai travaillé pour LBC", a dit à Reuters la jeune journaliste, qui n'a pas souhaité dévoiler son nom de famille.
 
"Je ne savais pas (que LBC n'avait pas d'autorisation), mais c'est le verdict et je l'accepte. Je ne souhaite pas faire appel", a ajouté Rosana.

Le tribunal n'a pu être contacté et à Ryad, le ministère de l'Information s'est refusé à tout commentaire.

Les autorités saoudiennes ont fermé les bureaux de LBC après la diffusion de l'émission litigieuse. LBC a notamment pour actionnaire un milliardaire saoudien, le prince Alwalid ben Talal.

Première publication : 25/10/2009

COMMENTAIRE(S)