Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

La justice blanchit les policiers, les familles des victimes font appel

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/10/2009

L'ordonnance de non-lieu en faveur des policiers accusés d'avoir tué deux jeunes dans une collision entre leur voiture et une minimoto, en novembre 2007, à Villiers-le-Bel, a été confirmée ce lundi. Les familles des victimes vont faire appel.

Alors qu’une ordonnance de non-lieu a été rendue, vendredi 23 octobre, dans l'affaire de la collision entre un véhicule de police et une moto à Villiers-le-Bel, dans le département du Val d'Oise, en novembre 2007, les familles des deux adolescents qui ont trouvé la mort dans l'accident vont faire appel, annonce lundi leur avocat, Me Jean-Pierre Mignard.

"Les deux policiers qui se trouvaient à bord du véhicule, en particulier le chauffeur, sont mis hors de cause", a déclaré à l'AFP une source judiciaire. Le juge d'instruction de Pontoise a ainsi suivi les réquisitions de la procureure Marie-Thérèse de Givry, qui avait requis un non-lieu.

Pour Me Mignard, qui défend les familles des victimes, cette décision est "une fin de non recevoir, un camouflet. Nous allons faire appel de cette ordonnance dans les heures ou jours qui viennent", a-t-il déclaré, ajoutant que "la juge d'instruction, comme la procureure, considère que la moto des adolescents est la cause exclusive de l'accident. Elle écarte toute responsabilité du véhicule [de police], nonobstant la vitesse de franchissement du carrefour". Enfin, conclut celui-ci, la juge " ne répond pas à l'argument concernant l'absence de gyrophares et d'avertisseur" sur la voiture des forces de l'ordre.

Le 25 novembre 2007, la collision entre une moto et une voiture de police avait coûté la vie à deux adolescents, Mushin et Lakamy (qui se prononce Laramy), provoquant deux jours de violences dans le quartier.

Une centaine de policiers avaient été blessés par des tirs d'armes à feu, un commissaire roué de coups, des bâtiments publics et des commerces détruits.

L'annonce du non-lieu intervient le jour de l'ouverture du procès en appel de jeunes accusés de caillassage, en réunion et avec guet-apens, des forces de l'ordre, lors de cet événement. Au mois de juillet, en première instance, ils avaient été condamnés à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison.
 

Première publication : 26/10/2009

COMMENTAIRE(S)