Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

La justice blanchit les policiers, les familles des victimes font appel

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/10/2009

L'ordonnance de non-lieu en faveur des policiers accusés d'avoir tué deux jeunes dans une collision entre leur voiture et une minimoto, en novembre 2007, à Villiers-le-Bel, a été confirmée ce lundi. Les familles des victimes vont faire appel.

Alors qu’une ordonnance de non-lieu a été rendue, vendredi 23 octobre, dans l'affaire de la collision entre un véhicule de police et une moto à Villiers-le-Bel, dans le département du Val d'Oise, en novembre 2007, les familles des deux adolescents qui ont trouvé la mort dans l'accident vont faire appel, annonce lundi leur avocat, Me Jean-Pierre Mignard.

"Les deux policiers qui se trouvaient à bord du véhicule, en particulier le chauffeur, sont mis hors de cause", a déclaré à l'AFP une source judiciaire. Le juge d'instruction de Pontoise a ainsi suivi les réquisitions de la procureure Marie-Thérèse de Givry, qui avait requis un non-lieu.

Pour Me Mignard, qui défend les familles des victimes, cette décision est "une fin de non recevoir, un camouflet. Nous allons faire appel de cette ordonnance dans les heures ou jours qui viennent", a-t-il déclaré, ajoutant que "la juge d'instruction, comme la procureure, considère que la moto des adolescents est la cause exclusive de l'accident. Elle écarte toute responsabilité du véhicule [de police], nonobstant la vitesse de franchissement du carrefour". Enfin, conclut celui-ci, la juge " ne répond pas à l'argument concernant l'absence de gyrophares et d'avertisseur" sur la voiture des forces de l'ordre.

Le 25 novembre 2007, la collision entre une moto et une voiture de police avait coûté la vie à deux adolescents, Mushin et Lakamy (qui se prononce Laramy), provoquant deux jours de violences dans le quartier.

Une centaine de policiers avaient été blessés par des tirs d'armes à feu, un commissaire roué de coups, des bâtiments publics et des commerces détruits.

L'annonce du non-lieu intervient le jour de l'ouverture du procès en appel de jeunes accusés de caillassage, en réunion et avec guet-apens, des forces de l'ordre, lors de cet événement. Au mois de juillet, en première instance, ils avaient été condamnés à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison.
 

Première publication : 26/10/2009

COMMENTAIRE(S)