Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

FRANCE

La justice blanchit les policiers, les familles des victimes font appel

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/10/2009

L'ordonnance de non-lieu en faveur des policiers accusés d'avoir tué deux jeunes dans une collision entre leur voiture et une minimoto, en novembre 2007, à Villiers-le-Bel, a été confirmée ce lundi. Les familles des victimes vont faire appel.

Alors qu’une ordonnance de non-lieu a été rendue, vendredi 23 octobre, dans l'affaire de la collision entre un véhicule de police et une moto à Villiers-le-Bel, dans le département du Val d'Oise, en novembre 2007, les familles des deux adolescents qui ont trouvé la mort dans l'accident vont faire appel, annonce lundi leur avocat, Me Jean-Pierre Mignard.

"Les deux policiers qui se trouvaient à bord du véhicule, en particulier le chauffeur, sont mis hors de cause", a déclaré à l'AFP une source judiciaire. Le juge d'instruction de Pontoise a ainsi suivi les réquisitions de la procureure Marie-Thérèse de Givry, qui avait requis un non-lieu.

Pour Me Mignard, qui défend les familles des victimes, cette décision est "une fin de non recevoir, un camouflet. Nous allons faire appel de cette ordonnance dans les heures ou jours qui viennent", a-t-il déclaré, ajoutant que "la juge d'instruction, comme la procureure, considère que la moto des adolescents est la cause exclusive de l'accident. Elle écarte toute responsabilité du véhicule [de police], nonobstant la vitesse de franchissement du carrefour". Enfin, conclut celui-ci, la juge " ne répond pas à l'argument concernant l'absence de gyrophares et d'avertisseur" sur la voiture des forces de l'ordre.

Le 25 novembre 2007, la collision entre une moto et une voiture de police avait coûté la vie à deux adolescents, Mushin et Lakamy (qui se prononce Laramy), provoquant deux jours de violences dans le quartier.

Une centaine de policiers avaient été blessés par des tirs d'armes à feu, un commissaire roué de coups, des bâtiments publics et des commerces détruits.

L'annonce du non-lieu intervient le jour de l'ouverture du procès en appel de jeunes accusés de caillassage, en réunion et avec guet-apens, des forces de l'ordre, lors de cet événement. Au mois de juillet, en première instance, ils avaient été condamnés à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison.
 

Première publication : 26/10/2009

COMMENTAIRE(S)