Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

EUROPE

Le procès de Karadzic devant le TPIY reprend malgré son absence

©

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/10/2009

Malgré l'absence de l'accusé, qui ne s'est pas présenté à l'audience pour la deuxième journée consécutive, le procès de l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie a repris devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, ce mardi.

Le procès pour génocide de Radovan Karadzic, l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, a repris, ce mardi, en son absence devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), à la Haye.

Alors que l'accusé boycotte les audiences, réclamant plus de temps pour préparer sa défense, le procureur du TPIY, Alan Tieger, l'a décrit comme "le commandant suprême du nettoyage ethnique" qui a eu lieu pendant la guerre de Bosnie, entre 1992 et 1995.

"C'était prévisible, [les juges] avaient annoncé leur intention de continuer ce procès avec ou sans Radovan Karadzic", rappelle Cyril Vanier, envoyé spécial de FRANCE 24 à La Haye, aux Pays-Bas. Lundi déjà, Radovan Karadzic n'était pas présent pour l'ouverture de son procès, qui doit durer deux ans.

"Il gagne du temps", explique Mathieu Mabin, spécialiste de politique internationale à FRANCE 24. "En jouant les absents, il complique considérablement la tâche des magistrats". Le juge sud-coréen du TPIY, O-Gon Kwon, a pourtant affirmé que l'accusé devait "accepter les conséquences" de son absence, l'audience pouvant se poursuivre.

L'accusation a ainsi présenté, ce mardi, les charges retenues contre Radovan Karadzic, 64 ans, qui plaide non coupable. Cet homme "a exploité les forces du nationalisme, de la haine et de la peur pour mettre en œuvre sa vision d'une Bosnie ethniquement divisée", a fustigé le procureur dans la déclaration liminaire de l'accusation.

Ce dernier a également évoqué les camps de détention où des prisonniers étaient enfermés "comme des animaux", ainsi que les bombardements de l'armée des Serbes de Bosnie durant le siège de Sarajevo, entre 1992 et 1995, qui ont fait 10 000 morts.

"Les habitants ont vécu pendant des années dans la terreur", a-t-il poursuivi, rappelant les positions des tireurs d'élite encerclant la capitale, privée de vivres et d'électricité.

La guerre de Bosnie, qui s'est déroulée de 1992 à 1995, a fait 100 000 morts et 2,2 millions de déplacés. Près de 8 000 musulmans ont été tués lors d'un des massacres dont Radovan Karadzic est accusé, celui de Srebrenica, en juillet 1995.

Après treize ans de cavale, l'ancien chef des Serbes de Bosnie avait été arrêté en juillet 2008, à Belgrade.  

Première publication : 27/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)