Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

Economie

Nicolas Sarkozy doit dévoiler un plan d'aides "massives" pour l'agriculture

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 27/10/2009

En visite dans le Jura, le chef de l’État français doit dévoiler des mesures d'urgence pour une agriculture en plein marasme. La FNSEA réclame une aide à la trésorerie, une réduction du coût du travail et un allègement des charges.

C’est à Poligny, un petit village du Jura connu pour son comté, que Nicolas Sarkozy va dévoiler, mardi matin, un plan d’aide à l’agriculture dans un contexte tendu pour ce secteur - qui après avoir connu une baisse des revenus de plus de 20% en 2008 s’attend à une chute de 10 à 20 % en 2009. Une baisse imputable en grande partie à la chute des cours dans la plupart des filières. Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a même estimé, dans le quotidien "Le Monde", que l’agriculture traversait "sa plus grave crise depuis trente ans". Il s’agira du quatrième discours sur l’agriculture du chef de l’État depuis son arrivée à l’Élysée en 2007.

Les mesures que doit dévoiler le président français ont été qualifiées de "massives" par le Premier ministre François Fillon, en visite jeudi dernier en Moselle. Il n’a cependant pas apporté plus de précision sur le contenu de ce plan.

Réduction du budget de l’UE

Le monde agricole est sur le pied de guerre. "Effort très important ", "ballon d’oxygène" ont été quelques-uns des termes utilisés par Jean-Marie Lemétayer, le patron de la FNSEA, le principal syndicat du secteur, lors d’une interview lundi à la chaîne Public Sénat. Il a précisé qu’il espérait un apport des banques d’au moins 1 milliard d’euros et que le gouvernement s’engage à alléger le coût du travail et le poids de certaines taxes. "Je ne suis pas sûr que l’effort de l’État soit à la hauteur de ce que nous attendons", a-t-il conclu en guise d’avertissement.

La crise que traverse l’agriculture française avait déjà débouché en fin de semaine dernière a une importante journée de manifestations à travers tout le pays qui avait mobilisé plus de 50 000 personnes. Les agriculteurs avaient également porté leurs revendications au niveau européen. Lors d’une réunion des ministres à Luxembourg sur la libéralisation du marché laitier, plusieurs centaines d’entre eux, toutes nationalités confondues, avaient réussi à bloquer le quartier où se tenait le sommet et déverser du purin et mis le feu à des balles de foin et des pneus.

Les agriculteurs craignent en effet que les mesures que pourraient annoncer Nicolas Sarkozy soient en partie contre-balancées par une réduction du budget de l’agriculture de l’Union européenne. C’est en tout cas une piste préconisé par la Commission dans un document à paraître fin novembre et qui évoque une "réduction significative" de l’aide européenne.

Première publication : 27/10/2009

COMMENTAIRE(S)