Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

Economie

Sarkozy promet 1,65 milliard d'euros d'aide aux agriculteurs

©

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 27/10/2009

Le président a dévoilé, mardi, dans le Jura, un plan pour venir en aide aux agriculteurs, comportant 650 millions d'euros de "soutien exceptionnel de l'État" et 1 milliard d'euros de prêts bonifiés.

Depuis Poligny, dans le Jura (est de la France), le président Nicolas Sarkozy a annoncé un plan d'aide et de "soutien exceptionnel de l'État" à l'agriculture française en crise. Il prend la forme d’une enveloppe globale d'1,65 milliard d'euros qui doit être "engagée, dans son intégralité, avant la fin de 2009", a affirmé le chef de l’État.

Cette somme se compose d’une aide de 650 millions d'euros et de prêts bancaires bonifiés qui s’élèvent à un milliard d'euros. Ces prêts serviront à consolider la trésorerie de l’année 2009 des agriculteurs, mais aussi à engager des dépenses d'investissement. Leurs taux d'intérêt réels seront réduits à 1,5 %, "voire 1 % pour les jeunes agriculteurs".

Les mesures annoncées ont trois objectifs : mettre en œuvre un plan de financement pour l'agriculture en France, lancer une "régulation rénovée" de la filière agro-alimentaire en Europe, et poursuivre la modernisation du secteur agricole français "pour préparer la PAC de 2013".

Pas question de "laisser tomber" l'agriculture

"Il n'est pas question que la France laisse tomber son agriculture", a assuré le président de la République, avant d’ajouter qu’il ne souhaitait pas "un plan de subvention contraire aux règles européennes qu'il faudrait ensuite rembourser dans 10 ans, tel qu'on l'a déjà fait".

Nicolas Sarkozy a jugé "inacceptable" l'écart entre les prix payés aux producteurs - qui ont chuté de 20 % en un an, depuis septembre 2008 - et la baisse des prix à la consommation, en baisse de 1 % sur la même période.

Pour lutter contre ce décalage, qui "révèle une répartition inéquitable de la valeur ajoutée au sein des filières", le chef de l'État a prôné un regroupement des producteurs afin qu’ils puissent peser davantage sur les circuits de commercialisation.

Pendant son discours, Nicolas Sarkozy a par ailleurs demandé à la Commission européenne d’accélérer le processus de régulation du prix des matières premières agricoles, en particulier dans la filière lait.

Un "lien charnel" avec "la terre"

Enfin, celui-ci a annoncé l'exonération de charges patronales pour l’emploi de travailleurs saisonniers, afin de réduire le coût de la main d'œuvre en France, bien plus élevé que dans les autres pays européens.

Dans son discours proche du plaidoyer, Nicolas Sarkozy a notamment décrit le lien "charnel" du pays avec son agriculture "et, j'ose le mot, avec sa terre", a lancé le chef de l’État.

Jean-Michel Lemétayer, le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), la principale organisation de défense du secteur, a notamment demandé, ce mardi, un effort d'un milliard d'euros aux banques, avec prise en charge des intérêts par l'État pendant cinq ans.
 

Première publication : 27/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)