Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

FRANCE

Dominique de Villepin se repositionne sur l'échiquier politique

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 28/10/2009

Cinq jours après la fin du procès Clearstream, l'ex-Premier ministre a voulu faire parler de lui ailleurs que dans la rubrique "faits divers" des quotidiens, mardi, en participant à sa première réunion politique depuis la rentrée.

Les audiences enfiévrées du procès Clearstream à peine achevées, Dominique de Villepin, le prévenu le plus médiatisé de l’affaire, replonge dans l’arène politique française. Mardi soir, à la Maison de l'Amérique latine, à Paris, celui-ci a participé à la première réunion du club Villepin, une plate forme de réflexion et de soutien à sa personne, en présence d’un millier de fidèles.

Le président Sarkozy en ligne de mire
 
Dans son discours très applaudi, l’ancien Premier ministre a proposé une "alternative à la politique menée" par le président Nicolas Sarkozy, dénonçant "la concentration du pouvoir", "l'esprit de cour" et le "jeu stérile des polémiques". Sans jamais que son nom soit cité, le locataire de l’Élysée a été la cible constante des piques lancées par son rival. Et, sans surprise, ses affidés n’ont pas tardé à multiplier les réactions dédaigneuses à l’encontre de "DDV". "M. de Villepin ne propose pas d'alternatives, il propose sa personne", a ainsi affirmé à l'AFP Dominique Paillé, le porte-parole de l’UMP. "On s'aperçoit que l'action est aujourd'hui au pouvoir et que Villepin reste cantonné au domaine incantatoire. Les Français ne seront pas dupes", a-t-il ajouté.

Candidat en 2012 ?

Lors du dernier jour du procès Clearstream, celui qui a été désigné premier opposant au président français dans un sondage récemment publié par le quotidien Le Figaro avait pourtant déclaré "garder la main ouverte à Nicolas Sarkozy". La trêve entre les deux hommes aura donc duré moins d’une semaine...

En mobilisant ses troupes grâce à deux sites Internet (www.villepincom.net et www.clubvillepin.fr) et à sa garde rapprochée, Dominique de Villepin tient aussi à rappeler qu’il n’a pas renoncé à se faire une place au soleil sur la scène politique française… même s’il se garde bien d'afficher clairement ses ambitions. Ses fidèles n’ont pas, en revanche, la même pudeur. Considéré comme proche de l’ex-chef du gouvernement, le député UMP François Goulard se dit ainsi "certain" qu’il sera candidat en 2012.

 

Première publication : 28/10/2009

COMMENTAIRE(S)