Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Hamas interdira la tenue d'élections à Gaza

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2009

Alors que le président Abbas a convoqué des élections générales pour le 24 janvier, le Hamas a fait savoir qu'il interdira la tenue du scrutin dans la bande de Gaza qu'il contrôle.

AFP - Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a annoncé mercredi qu'il interdirait la tenue dans ce territoire des élections palestiniennes convoquées pour janvier, une décision qui remet en cause le processus électoral lancé par le président palestinien Mahmoud Abbas.

Cette annonce, qui n'est pas une surprise, accentue la crise entre le mouvement islamiste et l'Autorité palestinienne de M. Abbas, qui ne sont toujours pas parvenus à un accord de réconciliation malgré la médiation de l'Egypte.

Le Hamas avait déjà qualifié vendredi d'"illégal et inconstitutionnel" le décret de M. Abbas convoquant des élections présidentielle et législatives dans tous les territoires palestiniens le 24 janvier.

Mercredi, le mouvement islamiste palestinien a indiqué dans un communiqué qu'il "refusait la tenue d'élections dans la bande de Gaza", avertissant qu'il "demanderait des comptes à toute personne impliquée dans ces élections".

Le communiqué justifie cette décision par le fait que le scrutin a été "convoqué par quelqu'un qui n'a pas le pouvoir de faire une telle annonce", en référence au président palestinien.

Le Hamas conteste la légitimité de M. Abbas, qui a le soutien de la communauté internationale. Il argue qu'aux termes de la Loi fondamentale palestinienne, son mandat de quatre ans a expiré en janvier 2009.

Dans son communiqué, le Hamas, qui a remporté les dernières élections générales palestiniennes en 2006, affirme qu'il rejette les scrutins convoqués pour janvier "parce qu'ils interviennent sans accord national" de réconciliation entre les factions palestiniennes.

Ces élections "vont renforcer la division et créer un fossé politique. Nous n'allons pas permettre que cela arrive", a déclaré Tahar al-Nounou, porte-parole du Hamas.

L'Autorité palestinienne et le mouvement islamiste ont ouvert en février un "dialogue de réconciliation" sous l'égide de l'Egypte, pour tenter de mettre un terme aux divisions.

Ils sont à couteaux tirés depuis la violente prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, en juin 2007, au détriment de son rival du Fatah, après 18 mois de coexistence houleuse au pouvoir. Créé par Yasser Arafat et dirigé par le président Abbas, le Fatah est basé à Ramallah et contrôle la Cisjordanie.

Un accord scellant leur réconciliation devait être signé fin octobre au Caire, mais seul le Fatah l'a signé, le Hamas se refusant à le parapher. Cet accord prévoyait de différer la tenue des élections générales jusqu'à mi-2010.

Malgré ce refus du Hamas, l'Autorité palestinienne n'a pas fermé la porte à un accord afin de ne pas compromettre définitivement l'unité palestinienne.

En visite au Maroc, M. Abbas s'est redit mercredi prêt à "tendre la main" au Hamas "pour mettre fin à la division (...) car l'intérêt de la patrie est primordial". "Le Hamas est appelé à faire un pas en notre direction", a-t-il ajouté.

Un haut dirigeant palestinien, Saleh Rafat, a fait savoir mercredi --avant l'annonce du refus du Hamas-- que l'Autorité palestinienne tendait toujours la main à son adversaire.

"Si le Hamas signe l'accord égyptien, qui comprend la tenue d'élections au milieu de l'année prochaine, nous pourrons peut-être repousser les élections à cette date", a-t-il promis.

La "direction (palestinienne) en appelle maintenant aux pays arabes pour qu'ils assument leur rôle auprès du Hamas et facilitent l'organisation des élections", a-t-il ajouté.

Selon un récent sondage, la popularité de M. Abbas est en recul mais son mouvement, le Fatah, reste plus populaire que le Hamas.

Première publication : 28/10/2009

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le président Abbas convoque des élections générales le 24 janvier

    En savoir plus

  • RÉCONCILIATION INTERPALESTINIENNE

    Le Hamas repousse la signature du plan de réconciliation, Abbas s'impatiente

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)