Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Moyen-orient

Accord entre des clans chiites rivaux de la vallée de la Bekaa

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 28/10/2009

Les chefs de clans rivaux de la vallée de la Bekaa ont signé un pacte qui devrait mettre fin aux vendettas sanglantes qui caractérisent cette région où le Hezbollah est très influent.

Un pacte, parrainé par le Hezbollah, a été conclu entre les différents clans qui règnent sur la vallée de la Bekaa, à l’est du Liban. Cet accord devrait mettre fin aux sanglantes vendettas qui opposent, selon une tradition ancestrale, la centaine de clans qui peuplent la région. Ces vengeances ont le plus souvent pour mobile des histoires de femmes, d’alliances compromises ou des mésententes sur les terrains. Mais tout désaccord peut donner lieu à un conflit de grande ampleur.

Moflih Allaw appartient à l’un des clans les plus puissants de la région et a participé à l'élaboration du pacte. "Nos coutumes datent de la période pré-islamique", explique-t-il à l'AFP. "Si un membre d'un clan est tué, quelqu'un du clan rival doit mourir, c'est la tradition", ajoute-t-il.

Le pacte a été élaboré par les chefs de clans au début du mois après qu’une banale dispute entre automobilistes se soit soldée par la mort d'une personne à Hermel, près de la frontière avec la Syrie. Mais cette fois-ci, contrairement à la coutume séculaire, les anciens des clans de confession chiite ont décidé de remettre aux autorités le meurtrier, qui appartenait à un clan rival de celui de la victime.

Trafic de drogue et contrebande

Selon cheikh Jaafar, membre d’un autre clan, "le pacte est un message: désormais personne n'est au-dessus de la loi et les clans ne couvriront plus les criminels".

Boutros Labaki, sociologue, économiste et enseignant à l’université Saint-Joseph à Beyrouth, considère que la portée historique de ce pacte de réconciliation est moins dans le pacte en lui-même que dans le fait qu’il soir parrainé par le Hezbollah. "Le pacte fait partie d'un changement historique qui va affaiblir les tribus", analyse-t-il pour FRANCE 24. Selon lui, la société libanaise "est passée progressivement d’une société tribale à une société communautaire, et ce genre d’accord fait partie du processus".

La région, dont la partie orientale est un fief du Hezbollah, est connue pour être une plaque-tournante du trafic de drogue, de la contrebande et du vol de voitures. Autant d’activités qui profitent notamment à ces clans.

Après avoir longtemps fermé les yeux sur les règlements de compte et les divers trafics dans la région, l’Etat et les partis cherchent aujourd’hui à s’impliquer davantage, notamment en servant de médiateurs dans les conflits.

 

Première publication : 28/10/2009

COMMENTAIRE(S)