Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

FRANCE

L'insécurité à Kaboul contraint Éric Besson de suspendre les expulsions d'Afghans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2009

Sur les ondes de RMC, le ministre français de l'Immigration, Éric Besson, a affirmé qu'aucun Afghan ne sera renvoyé dans son pays d'origine tant que "la situation continuera de se dégrader" à Kaboul.

AFP - Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, a déclaré jeudi sur RMC qu'il n'y aurait pas de nouveaux retours d'Afghans dans leur pays au cours des jours prochains "si la situation continue à se dégrader en Afghanistan".

"Oui, il y a une détérioration de la situation à Kaboul, et je vous le dis très clairement, si la situation continue à se dégrader, il n'y aura pas d'autres retours dans les jours qui viennent", a affirmé le ministre.

"Si vous remarquez bien, j'ai toujours dit: nous ferons des retours forcés si les personnes refusent les conditions que nous leur faisons de retour volontaire, si elles n'obtiennent pas le droit d'asile et si enfin les conditions de leur sécurité sont réunies", a rappelé le ministre. "La France est la plus généreuse, la plus sourcilleuse en la matière (...). Le Royaume uni, la Suède, la Norvège, les Pays-Bas reconduisent très régulièrement des Afghans", a-t-il ajouté.

Trois Afghans en situation irrégulière en France ont été renvoyés en avion, dans la nuit de mardi à mercredi, dans leur pays en guerre.

Déboutés de leur demande d'asile déposée auprès de l'Ofpra (Office de Protection des Réfugiés et Apatrides), ils ont dû embarquer de nuit sur un vol en provenance de Londres où ils ont rejoint 24 de leurs compatriotes interpellés en Grande-Bretagne.
 

Première publication : 29/10/2009

  • FRANCE - IMMIGRATION

    Éric Besson souhaite lancer un grand débat sur l'identité nationale

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Les trois Afghans expulsés de France proviennent de régions jugées sensibles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)