Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 29/10/2009

La situation empire malgré le rapprochement Kabila-Kagamé

Malgré le rapprochement entre le Congolais Joseph Kabila et le Rwandais Paul Kagamé, la situation du Nord-Kivu ne cesse d'empirer. Une récente enquête publiée par 84 ONG fait état d'une situation désastreuse.

En duplex de Kinshasa, le correspondant de FRANCE 24 Arnaud Zajtman témoigne des massacres perpétrés au Nord-Kivu. Et Coralie Lechelle, responsable du programme Congo-RDC à Médecins sans frontières, fait le point sur cette guerre.

 

Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), les civils payent un lourd tribut aux opérations menées par l'armée congolaise contre les rebelles hutus rwandais. Une guerre qui a eu des ‘’conséquences catastrophiques’’ en ce qui concerne les droits de l’Homme, indique ainsi le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extra-judiciaires, Philip Alston. Dans un rapport accablant rendu public le 16 octobre, il dénombre ‘’plus de 1 000 victimes civiles’’, depuis février 2009.

Selon le document, l’opération Kimia 2, menée par l’armée congolaise avec le soutien de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc), a permis l’intégration rapide et sans formation préalable dans les rangs de l’armée d’anciens rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP, pro-rwandais).

Ces anciens insurgés, qui agissent à présent sous le drapeau des forces armées congolaises, sont accusés d’avoir maintenu leur propre structure hiérarchique au sein de l'armée et d'avoir tué plus de 50 villageois d’origine hutu en avril 2009. Quelques jours plus tard, les rebelles hutus rwandais se seraient vengés en massacrant à leur tour 96 civils congolais innocents dans un village voisin.

‘’L’impunité perdure’’

La situation est différente mais tout aussi désastreuse dans la Province orientale (nord-est de la RDC), où sévissent les rebelles ougandais de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). Même si les massacres commis par la LRA, qui ont conduit à la mort de 1 200 civils l’année dernière, ‘’ne se répètent plus’’, les attaques se poursuivent au rythme d’une vingtaine de morts par mois, à en croire le rapport de l’ONU.

En mars 2007, le président de la RDC, Joseph Kabila, avait promis ‘’la fin du règne de l’impunité’’ : ‘’l’erreur a été de croire que l’on pouvait obtenir la paix sans la justice’’, avait-il alors déclaré à Kinshasa.

Mais à en croire le rapporteur spécial des Nations unies, l’impunité perdure et a permis notamment à l'armée congolaise d'attribuer, début 2009, un poste de commandement des opérations à Bosco Ntaganda, un ancien rebelle accusé de massacres par la Cour pénale internationale (CPI) et sous le coup d'un mandat d'arrêt. L'impunité constitue ‘’une cause principale de la continuation des tueries’’ dans l’est de la RDC, dénonce Philip Alston.

Démenti formel de Kinshasa

Réagissant à ces accusations lors d’une conférence de presse, le 29 octobre, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, a démenti les accusations du rapport onusien. Il souligne notamment que plus de 2 500 militaires congolais sont aux arrêts pour des cas de meurtres, viols et vols, sur une armée comptant près de 130 000 hommes. ‘’Peut-on accuser d’être adepte de l’impunité un pays qui embastille 2 % de ses effectifs militaires ?’’ s’est exclamé Lambert Mendé.

Concernant le mandat d’arrêt qui pèse sur l’ex-rebelle intégré dans l’armée congolaise Bosco Ntaganda, le ministre a toutefois indiqué que ‘’les chicaneries’’ qui consistent à engager sans délai des poursuites contre Ntaganda ne devaient pas avoir lieu, car cela reviendrait ‘’à infliger à ce grand corps malade qu’est la RDC un remède pire que le mal", référence à un risque supposé de reprise des affrontements que pourrait provoquer l'arrestation de l'ancien chef rebelle pro-rwandais.
 

 

Par Arnaud ZAJTMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/09/2017 EUROPE

Allemagne : génération Merkel

Les jeunes votent pour les extrêmes et aiment changer de dirigeants ? Pas en Allemagne. La "génération Merkel", ces jeunes qui n'ont connu que la chancelière au pouvoir, en...

En savoir plus

21/09/2017 Birmanie

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

Nos correspondants en Asie du Sud-Est ont enquêté en Birmanie au cœur des factions bouddhistes ultranationalistes, à l’origine des persécutions que subissent les Rohingyas depuis...

En savoir plus

20/09/2017 Asie - pacifique

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

Au Pakistan, ces dernières années, un nombre croissant d'étudiants d'institutions prestigieuses ont participé à des attentats terroristes. Ils représentent des recrues de choix...

En savoir plus

19/09/2017 Amériques

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

Il y a un peu plus d'un an, en août 2016, les yeux du monde entier étaient tournés vers Rio de Janeiro, première ville d'Amérique latine à accueillir des Jeux olympiques. Une...

En savoir plus

18/09/2017 Asie - pacifique

Violences contre les Rohingyas : les camps du Bangladesh dépassés par l'afflux de réfugiés

À la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, l'exode des Rohingyas se poursuit. En moins d'un mois, ils sont plus de 400 000 à avoir franchi cette frontière pour fuir les...

En savoir plus