Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Colombie, les derniers jours des Farc

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 29/10/2009

La situation empire malgré le rapprochement Kabila-Kagamé

Malgré le rapprochement entre le Congolais Joseph Kabila et le Rwandais Paul Kagamé, la situation du Nord-Kivu ne cesse d'empirer. Une récente enquête publiée par 84 ONG fait état d'une situation désastreuse.

En duplex de Kinshasa, le correspondant de FRANCE 24 Arnaud Zajtman témoigne des massacres perpétrés au Nord-Kivu. Et Coralie Lechelle, responsable du programme Congo-RDC à Médecins sans frontières, fait le point sur cette guerre.

 

Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), les civils payent un lourd tribut aux opérations menées par l'armée congolaise contre les rebelles hutus rwandais. Une guerre qui a eu des ‘’conséquences catastrophiques’’ en ce qui concerne les droits de l’Homme, indique ainsi le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extra-judiciaires, Philip Alston. Dans un rapport accablant rendu public le 16 octobre, il dénombre ‘’plus de 1 000 victimes civiles’’, depuis février 2009.

Selon le document, l’opération Kimia 2, menée par l’armée congolaise avec le soutien de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc), a permis l’intégration rapide et sans formation préalable dans les rangs de l’armée d’anciens rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP, pro-rwandais).

Ces anciens insurgés, qui agissent à présent sous le drapeau des forces armées congolaises, sont accusés d’avoir maintenu leur propre structure hiérarchique au sein de l'armée et d'avoir tué plus de 50 villageois d’origine hutu en avril 2009. Quelques jours plus tard, les rebelles hutus rwandais se seraient vengés en massacrant à leur tour 96 civils congolais innocents dans un village voisin.

‘’L’impunité perdure’’

La situation est différente mais tout aussi désastreuse dans la Province orientale (nord-est de la RDC), où sévissent les rebelles ougandais de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). Même si les massacres commis par la LRA, qui ont conduit à la mort de 1 200 civils l’année dernière, ‘’ne se répètent plus’’, les attaques se poursuivent au rythme d’une vingtaine de morts par mois, à en croire le rapport de l’ONU.

En mars 2007, le président de la RDC, Joseph Kabila, avait promis ‘’la fin du règne de l’impunité’’ : ‘’l’erreur a été de croire que l’on pouvait obtenir la paix sans la justice’’, avait-il alors déclaré à Kinshasa.

Mais à en croire le rapporteur spécial des Nations unies, l’impunité perdure et a permis notamment à l'armée congolaise d'attribuer, début 2009, un poste de commandement des opérations à Bosco Ntaganda, un ancien rebelle accusé de massacres par la Cour pénale internationale (CPI) et sous le coup d'un mandat d'arrêt. L'impunité constitue ‘’une cause principale de la continuation des tueries’’ dans l’est de la RDC, dénonce Philip Alston.

Démenti formel de Kinshasa

Réagissant à ces accusations lors d’une conférence de presse, le 29 octobre, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, a démenti les accusations du rapport onusien. Il souligne notamment que plus de 2 500 militaires congolais sont aux arrêts pour des cas de meurtres, viols et vols, sur une armée comptant près de 130 000 hommes. ‘’Peut-on accuser d’être adepte de l’impunité un pays qui embastille 2 % de ses effectifs militaires ?’’ s’est exclamé Lambert Mendé.

Concernant le mandat d’arrêt qui pèse sur l’ex-rebelle intégré dans l’armée congolaise Bosco Ntaganda, le ministre a toutefois indiqué que ‘’les chicaneries’’ qui consistent à engager sans délai des poursuites contre Ntaganda ne devaient pas avoir lieu, car cela reviendrait ‘’à infliger à ce grand corps malade qu’est la RDC un remède pire que le mal", référence à un risque supposé de reprise des affrontements que pourrait provoquer l'arrestation de l'ancien chef rebelle pro-rwandais.
 

 

Par Arnaud ZAJTMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

30/09/2016 Venezuela

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

Au Venezuela, l'opposition a appelé à une nouvelle manifestation le 12 octobre. Elle demandera une nouvelle fois l'organisation, d'ici la fin de l'année, d'un référendum pour...

En savoir plus

29/09/2016 Afghanistan

L’Afghanistan dans l’impasse politique

Depuis deux ans, l’Afghanistan est plongé dans une crise politique avec un président Ashraf Ghani et un vice-président Abdullah Abdullah. En 2014, un gouvernement d'union...

En savoir plus

28/09/2016 Algérie

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

Nous vous proposons de revenir sur un chapitre peu connu de la conquête coloniale de l'Algérie : l'histoire de combattants algériens fusillés, puis décapités au milieu du XIXème...

En savoir plus

27/09/2016 États-Unis

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

Aux États-Unis, et notamment à Atlanta, la ville de Martin Luther King Jr., le mouvement "Buy Black" (Acheter Noir) est en plein essor. Inspiré du mouvement des droits civiques,...

En savoir plus

26/09/2016 Libye

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

Parties filmer une milice soutenue par le gouvernement de Tripoli qui contrôlait alors plusieurs infrastructures pétrolières dans le nord-est de Libye, les équipes de France 24...

En savoir plus