Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages kurdes repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

EUROPE

Les Vingt-Sept fixent un objectif d'aide aux pays pauvres sans préciser sa part

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/10/2009

Au terme d'une nuit de négociations, les dirigeants de l'Union européenne ont fixé à 100 milliards d'euros par an d'ici 2020 l'objectif mondial d'aide aux pays pauvres pour le changement climatique, mais n'a pas chiffré le montant de sa contribution.

AFP- L'UE veut fixer à 100 milliards d'euros par an d'ici 2020 l'objectif mondial d'aide aux pays pauvres à la conférence de Copenhague sur le changement climatique, mais refuse de chiffrer tout de suite sa propre contribution, selon un projet d'accord.

Ce projet de compromis final du sommet des dirigeants européens à Bruxelles, dont l'AFP a obtenu copie, a été rédigé à l'issue d'une nuit de négociations au niveau des experts. Il devait encore être discuté dans la matinée.

Les chefs d'Etat et de gouvernement européens reprennent pour la première fois clairement à leur compte une estimation déjà réalisée par la Commission européenne, selon laquelle le besoin d'aide pour les pays pauvres "pourrait s'élever à quelque 100 milliards d'euros par an d'ici 2020".

L'UE se dit "prête à assumer sa part de l'effort mondial", mais ne précise pas jusqu'à quel montant elle est prête à aller elle-même. Car le sujet divise encore les Etats membres.

Cette aide est devenue un enjeu majeur des négociations mondiales sur la protection du climat et un sujet de discorde depuis des mois entre Européens.

Le financement des actions d'adaptation au changement climatique dans les pays en développement sera un point clé du prochain sommet mondial des Nations unies sur le sujet qui s'ouvre à Copenhague le 7 décembre.

Le projet d'accord européen précise qu'"on estime" entre 22 et 50 milliards d'euros par an la part des financements publics internationaux (sur le total de 100 milliards d'euros), le reste devant être financé par le marché international du carbone, et les efforts propres des pays en voie de développement.

Le texte se contente de "prendre acte" de l'estimation de la Commission européenne selon laquelle entre 5 et 7 milliards d'euros par an doivent être accordés aux pays en voie de développement pour la période allant de 2010 à 2013. Et il précise prudemment qu'un chiffre "sera fixé en fonction des résultats de la conférence de Copenhague".

Plusieurs pays, dont la présidence suédoise et les Danois notamment, qui accueilleront le sommet de Copenhague, souhaitaient chiffrer immédiatement le montant de la contribution européenne.

"Même si certains préfèrent attendre pour des raisons tactiques ou garder leurs réserves dans la poche, l'heure est venue pour l'UE de mettre de l'argent sur la table", a déclaré le Premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen.

Mais l'Allemagne, la France et l'Italie ont refusé un tel chiffrage, jugeant qu'il était trop tôt pour le faire, sans connaître les engagements des Etats-Unis et des grands pays émergents. Un sommet Etats-Unis/UE est prévu mardi à Washington.

La Pologne et huit autres nouveaux membres d'Europe de l'Est s'opposaient pour leur part à une contribution européenne essentiellement fondée sur les émissions de CO2. Ce qui les pénaliserait.

Pour les rassurer, une déclaration séparée interne se borne à préciser que "les contributions des Etats membres de l'UE devraient tenir compte de la capacité contributive des Etats membres les moins prospères, au moyen d'un mécanisme d'ajustement interne".

"L'UE et les Etats membres qui le peuvent, en fonction de leur situation économique et financière respective, assumeront leur part" du financement de l'aide d'urgence des trois premières années, souligne le texte.

Première publication : 30/10/2009

  • TRAITÉ DE LISBONNE

    L'UE accepte la dérogation tchèque, ouvrant la voie à la ratification

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Les Vingt-Sept peinent à surmonter leurs divisions sur le climat

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    En coulisses, les Vingt-Sept se cherchent un président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)