Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

A supprimer

"Difficile de croire" qu'Islamabad traque Al-Qaïda, selon Clinton

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/10/2009

La secrétaire d'État américaine a vertement critiqué l'attitude du gouvernement pakistanais au deuxième jour d'une visite officielle. Pourtant, l'aide américaine fournie à Islamabad sera encore renforcée.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a durci le ton jeudi à l'égard du gouvernement pakistanais, notamment sur son attitude face à Al-Qaïda, au deuxième jour d'une visite initialement dédiée à améliorer la relation entre les deux pays.

Lors d'une rencontre avec des éditorialistes à Lahore (est), Mme Clinton s'est étonnée que les dirigeants d'Al-Qaïda, que l'on dit en partie établis dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais, n'aient pas encore été arrêtés, alors que le Pakistan est l'allié des Etats-Unis dans leur guerre contre le terrorisme depuis 2001.

"Al-Qaïda a trouvé abri au Pakistan depuis 2002. Je trouve difficile à croire que personne dans votre gouvernement ne sache où ils sont, ni ne puisse les arrêter s'il le voulait vraiment", a-t-elle déclaré.

"Le monde a intérêt à ce que l'on capture et tue les gens qui sont les cerveaux de cette entreprise terroriste. Pour autant que l'on sache, ils sont au Pakistan", a-t-elle ajouté plus tard.

"Dans une vraie relation, on doit pouvoir se dire aussi ce genre de choses", a déclaré un responsable américain, interrogé à bord de l'avion qui ramenait la secrétaire d'Etat de Lahore à Islamabad.

Plusieurs rencontres avec la population avaient été prévues au cours de la visite de Mme Clinton à Lahore, deuxième ville du pays. Elle s'y est notamment vu reprocher le "manque de confiance" qu'inspirent les Etats-Unis au Pakistan, déstabilisé par la vague d'attentat menés depuis deux ans par les talibans alliés à Al Qaïda, qui accusent Islamabad d'être à la solde de Washington.

Mercredi, l'arrivée de Mme Clinton au Pakistan avait d'ailleurs été éclipsée par un sanglant attentat qui a fait au moins 105 morts à Peshawar (nord-ouest).

"Pourquoi les Etats-Unis forcent le Pakistan à faire la guerre à la frontière avec l'Afghanistan?", lui a ainsi demandé une étudiante lors d'une forum. "Que se passerait-il si nous avions des terroristes au Canada, réclamant une portion au nord des Etats-Unis? Notre gouvernement ferait exactement ce que fait votre gouvernement, et nous l'admirons pour ce qu'il fait", lui a rétorqué Mme Clinton.

 

"Au risque de paraître peu diplomatique..."
Cette dernière n'a également pas mâché ses mots à propos de la politique économique pakistanaise.

"Au risque de paraître peu diplomatique, le Pakistan doit investir dans ses services publics et dans sa politique économique", a-t-elle lancé lors d'une rencontre avec des chefs d'entreprise.

Les Etats-Unis viennent de tripler leur aide américaine au Pakistan en la portant à 7,5 milliards de dollars sur cinq ans. Mais l'opposition et la plupart des médias pakistanais y voient un moyen pour Washington de dicter sa loi à Islamabad.

Plusieurs patrons pakistanais qui participaient à la table ronde ont jugé pour leur part ce montant d'aide insuffisant.

"Il est difficile", a asséné Mme Clinton, "d'aller voir nos contribuables et de leur dire que nous considérons le Pakistan comme un partenaire stratégique qu'il faut aider (...), puis d'entendre nos contribuables et nos parlementaires nous dire: +Nous voulons aider ceux qui s'aident eux-mêmes. Nous taxons tout, et le Pakistan ne le fait pas+".

"Vous avez 180 millions d'habitants, vos projections de population sont de 300 millions. Je ne sais pas comment vous allez relever ce défi, à moins que vous ne commenciez à planifier maintenant. Et malgré vos merveilleux atouts, le Pakistan est 142e au classement (de l'ONU) du développement humain", a-t-elle ajouté dans un silence de plomb.

Après un plan de 125 millions de dollars pour améliorer l'approvisionnement en électricité et une aide de 85 millions de dollars à un fonds public de lutte contre la pauvreté, Mme Clinton a annoncé jeudi une nouvelle salve d'aides, dont 45 millions de dollars pour l'éducation supérieure et 103,5 millions pour aider la police engagée à la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan.

Première publication : 30/10/2009

  • PAKISTAN

    Alliance de raison entre l'armée et les Taliban du Waziristan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Carnage à Peshawar peu après l'arrivée de Clinton au Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)