Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

Moyen-orient

Le hadj, "une atmosphère parfaite" pour la transmission du virus

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2009

Une revue scientifique s'inquiète des risques de propagation de la grippe A durant le pèlerinage à La Mecque, qui aura lieu durant la dernière semaine de novembre. Chaque année, 3 millions de pélerins originaires de 160 pays y participent.

REUTERS - Le déplacement de trois millions de pèlerins, le mois prochain à l’occasion du pèlerinage de La Mecque, risque d’accroître la propagation du virus H1N1 de la grippe A, ont estimé jeudi des experts.

« Aucune région ne peut être considérée comme étant à l’abri », écrivent dans la revue Science des experts américains et arabes, dont le vice-ministre saoudien pour la médecine préventive.

Le pèlerinage, dans la dernière semaine de novembre, réunit tous les risques de propagation du virus.

« La densité de pèlerins, la nature des rituels et le contact côte à côte recommandé lors des prières fournit une atmosphère parfaite pour la transmission », écrivent Shabul Ebrahim, du Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies, et Ziad Memish, du ministère saoudien de la Santé.

Trois millions de pèlerins de plus de 160 pays participent chaque année au pèlerinage de la Mecque, dont deux millions qui viennent de l’étranger.

Certains pays déconseillent le pèlerinagE

Memish et Ebrahim soulignent qu’au retour du pèlerinage, quelque 45.000 pèlerins européens et 15.000 autres venus d’Amérique du Nord transiteront par différents grands aéroports, ce qui augmentera encore le risque de propagation du virus.

Les ministres arabes de la Santé sont convenus en juillet de tenter de dissuader les personnes âgées de plus de 65 ans et de moins de 12 ans de ne pas se rendre à La Mecque pour le pèlerinage, et plusieurs pays musulmans ont conseillé à leurs ressortissants de ne pas y prendre part cette année.

Memish a déclaré que les autorités conseillaient aussi aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de diabète ou de problèmes cardiaques, pulmonaires ou rénaux de rester chez elles.

Le terminal de l’aéroport de Djeddah ainsi que les ports maritimes et les aéroports proches seront dotés de détecteurs thermiques pour vérifier la température des pèlerins et du personnel médical supplémentaire sera à pied d’oeuvre.

Mais les auteurs de l’étude estiment que ces mesures pourraient n’être que partiellement efficaces car certains voyageurs contaminé par le virus pourraient ne pas encore présenter à leur arrivée de symptômes de la grippe et d’autres pourraient contracter le virus sans avoir de fièvre.

Ebrahim relève que les autorités saoudiennes ont dégagé des capacités supplémentaires dans les hôpitaux de Djeddah et il exhorte les gouvernements des pays dont sont originaires les pèlerins à déployer les moyens nécessaires pour soigner ceux qui seraient malades à leur retour.

Première publication : 01/11/2009

COMMENTAIRE(S)