Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

FRANCE

La trêve hivernale offre un répit à des milliers de ménages en difficulté

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 03/11/2009

Ce dimanche marque le début de la trêve hivernale des expulsions en France. Jusqu'au 15 mars, les 1,8 million de ménages qui éprouvent des difficultés à payer leur loyer ne peuvent être mis à la porte de chez eux.

Comme chaque année, le 1er novembre marque le début de la trêve hivernale des expulsions, qui prendra fin le 15 mars. Pendant cette période, les dizaines de milliers de ménages qui éprouvent des difficultés à payer leur loyer ne pourront être mis à la porte de leur logement.

Les chiffres font froid dans le dos : En 2008, 11 294 expulsions ont été enregistrées, rapellent les associations de prise en charge des mal-logés, soit une hausse de plus de 150 % en 10 ans. Par ailleurs, 1,8 million de ménages ont des difficultés à s'acquitter de leur loyer et, parmi eux, 500 000 sont en situation d'impayés.

Les associations ajoutent que "la crise économique, en privant 600 000 personnes de leur travail, a singulièrement compliqué la situation de nombreux ménages".

Depuis le 1er juin, la Fondation Abbé-Pierre a mis en place une plate-forme téléphonique destinée à prévenir les expulsions locatives. 

Crise du logement

À l'appel de l'association Droit au logement (DAL), une centaine de manifestants ont occupé, vendredi, la chambre syndicale des huissiers, à Paris, pour fêter le début de la trêve hivernale. 

Les associations de soutien aux tsiganes, aux gens du voyage et aux Roms ont également milité ces dernières semaines pour que celle-ci s'applique à l'habitat mobile.

Jeudi, Xavier Emmanuelli, le président du comité de suivi du Droit au logement opposable (Dalo) a alerté le gouvernement "sur le non-respect de la loi" de mars 2007, qui oblige l'État à trouver un hébergement aux personnes qui en font la demande, sous peine de le poursuivre en justice s'il s'avère défaillant.

"Au 30 juin dernier, a-t-il relevé, au moins 7 250 ménages désignés prioritaires pour un logement par les commissions de médiation - dont 6 500 Franciliens - n'avaient pas reçu d'offre dans le délai légal."

Première publication : 01/11/2009

COMMENTAIRE(S)