Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

A supprimer

Le second tour de la présidentielle annulé, Karzaï reconduit à la tête de l'État

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/11/2009

Hamid Karzaï a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle en Afghanistan, la Commission électorale indépendante (IEC) ayant décidé d'annuler le second tour prévu le 7 novembre après le retrait d'Abdullah Abdullah.

La Commission électorale indépendante (IEC) d'Afghanistan a annulé le second tour de la présidentielle et déclaré le chef de l'Etat sortant Hamid Karzaï vainqueur après le retrait dimanche de son rival Abdullah Abdullah avant le second tour. "La commission électorale indépendante déclare Hamid Karzaï président [...] car il est le vainqueur du premier tour et seul candidat au second tour", a ainsi déclaré Azizullah Ludin, responsable de la Commission, lors d'une conférence de presse.

"Qu’il n’y ait pas de second tour est une déception", déplore sur l’antenne de FRANCE 24 Thierry Mariani, représentant spécial de la France au Pakistan et en Afghanistan. "Maintenant, il faut tourner la page électorale. Nous attendons un gouvernement différent de ce qu’on a vu jusqu’à présent, qui prenne vraiment en compte la lutte contre la corruption, qui prenne à bras le corps la question du développement, qui engage une véritable réconciliation avec ceux qui sont prêts à déposer les armes" ajoute-t-il.

Avant même le début de son nouveau mandat, la crédibilité d'Hamid Karzaï est, selon les experts, d’ores et déjà ternie par les diverses accusations de fraudes et par la faible participation au premier tour (38,7 %).

"La légitimité de Karzaï va être très faible, principalement à cause de l’annulation d’un second tour, confirme Luc Mathieu, correspondant de "Libération" pour FRANCE 24 à Kaboul. Il ne va pas avoir le choix, il va subir une forte pression de la communauté internationale pour former un gouvernement d’union nationale."

Fraudes électorales

Dimanche, lors d’un rassemblement avec ses partisans, Abdullah Abdullah, visiblement ému, a annoncé qu’il se retirait de la course à la présidentielle, estimant qu’une "élection transparente [n’était] pas possible". Il a également mis en cause l’incapacité de son rival à réformer la procédure électorale pour éviter les fraudes qui avaient entaché le premier tour, le 20 août.

"Abdullah Abdullah laisse le champ libre à Hamid Karzaï", analyse Luc Mathieu. "Il savait que, de toute façon, il ne pouvait pas gagner cette élection, le président actuel pouvant compter sur les voix des ethnies hazara et pachtoune, deux communautés qui constituent la majorité de la population afghane", poursuit le journaliste.

"Le dirigeant légitime" de l'Afghanistan, selon Washington

Karzaï a recueilli 49,67 % des suffrages lors du premier tour, après invalidation des bulletins de 210 bureaux de vote. Il avait fini par accepter la tenue d’un second tour, sous la pression de la communauté internationale.

Dans un communiqué diffusé à Kaboul par l'ambassade américaine, les Etats-Unis ont félicité Hamid Karzaï pour "sa victoire dans cette élection historique".

"Nous félicitons le président Karzaï pour sa victoire dans cette élection historique et continuerons de travailler avec lui, sa nouvelle administration, le peuple afghan et nos partenaires dans la communauté internationale pour soutenir les progrès de l'Afghanistan dans ses réformes institutionnelles, la sécurité et la prospérité", a indiqué l'ambassade.

"Le président Karzaï a été déclaré vainqueur de l'élection afghane... Donc naturellement il est le dirigeant légitime du pays", a dit le porte-parole,  Robert Gibbs.

Première publication : 02/11/2009

  • PRÉSIDENTIELLE AFGHANE

    Les États-Unis "soutiendront" le prochain président de l'Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Abdullah ne participera pas au second tour de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)