Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

EUROPE

Le président tchèque Vaclav Klaus signe le traité de Lisbonne

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 03/11/2009

Le très eurosceptique président tchèque, Vaclav Klaus, a apposé, ce mardi, la 27e signature qui manquait au bas du traité de Lisbonne pour qu'il soit ratifié dès le 1er décembre.

Il y a désormais 27 signatures au bas du traité de Lisbonne. Le président tchèque, Vaclav Klaus, l’a paraphé, mardi, quelques heures après que la Cour constitutionnelle de son pays l’a jugé conforme à la Loi fondamentale. La République tchèque était le seul pays membre de l'Union européenne (UE) qui ne l’avait pas encore adopté.

Le blocage tchèque avait été levé vendredi dernier. L’eurosceptique Vaclav Klaus avait obtenu de ses pairs européens, réunis à Bruxelles, l’exemption à la charte des droits fondamentaux qu’il réclamait, et avait donné son feu vert à sa signature.

Ce mardi, la Cour constitutionnelle a rejeté un dernier recours de plusieurs députés craignant que le traité ne remette en cause la souveraineté du pays. Le chef de l'Etat tchèque a signé dans la foulée. Sans organiser de cérémonie, contrairement à son homologue polonais, le 26e signataire du traité.

"Il a même signé en déclarant, qu’avec cette signature, la République tchèque avait cessé d’être un état souverain", rapporte Alexis Rosenzweig, correspondant de FRANCE 24 à Prague.

D’après les textes européens, la ratification devrait intervenir avant la fin de l’année. Dès décembre, selon le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Cette adoption définitive mettra fin à huit ans d’incertitude sur la transformation des institutions européennes face à l’elargissement de l’UE. Le traité prévoit notamment que les Vingt-Sept se dotent d’un président et d’un haut représentant, sorte de "ministre des Affaires étrangères", pour renforcer leur poids sur la scène internationale.

Soulagement à Bruxelles et à Londres

A Bruxelles, la nouvelle a été accueillie avec soulagement. Après s'être dit "extrêmement heureux" du jugement de la Cour constitutionnelle tchèque, José Manuel Barroso a indiqué que la signature de Vaclav Klaus levait "le dernier obstacle à la ratification du traité de Lisbonne".

De son côté, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a salué "une étape importante et historique" pour l'Europe. A Londres, la 27e signature était d’autant plus importante que les conservateurs, emmenés par David Cameron, réclamaient la tenue d'un référendum si l'un des Vingt-Sept n’avait pas approuvé le traité.

Cette signature tchèque marque aussi le début de la course au poste de président de l’UE. Le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union, a annoncé, ce mardi, les débuts des consultations. Selon une source diplomatique, le chef du gouvernement belge Herman Van Rompuy semble tenir la corde.
 

Première publication : 03/11/2009

COMMENTAIRE(S)