Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Amériques

Ouverture du procès du dernier dictateur argentin, le général Bignone

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 03/11/2009

Le procès du général Reynaldo Bignone, à la tête de la dictature entre 1982 et 1983, a débuté lundi. Bignone, qui a 81 ans aujourd’hui, est poursuivi pour des crimes commis au Campo de Mayo, un camp de torture et de détention arbitraire.

Le procès du dernier dictateur de l'Argentine, Reynaldo Bignone, 81 ans, et de cinq anciens généraux s'est ouvert lundi. Bignone est jugé pour des crimes commis dans le camp militaire de Campo de Mayo, où près de 5 000 personnes auraient trouvé la mort sous la junte. Il devra notamment répondre des chefs d'accusation de meurtres et enlèvements. Les faits remontent à 1976, avant qu'il ne devienne président de facto désigné par la junte militaire entre 1982 et 1983. Ce procès a été rendu possible car les tribunaux et le congrès argentins ont annulé l'amnistie le concernant.

"Un procès historique"

Le tribunal a été déplacé dans un stade couvert afin d'accueillir toutes les familles des victimes. La co-fondatrice des Mères de la place de Mai, Taty Almeida, fait partie du public. Les accusés "ont  l'air de vieillards mais ils ont commis un génocide", dénonce-t-elle.

"C'est un procès historique dans le processus de recherche de la vérité pour tous ceux qui ont disparu", affirme à l'agence Reuters, Alcira Rios, un avocat d'une famille de victime.

Un rapport officiel rapporte que 13 000 personnes ont été tuées entre 1976 et 1983, mais des ONG avancent le chiffre de 30 000.

Le procès devrait durer jusqu'en février. Les accusés risquent la prison à vie.

 

 

 

 

 

Première publication : 03/11/2009

COMMENTAIRE(S)