Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

Amériques

Ouverture du procès du dernier dictateur argentin, le général Bignone

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 03/11/2009

Le procès du général Reynaldo Bignone, à la tête de la dictature entre 1982 et 1983, a débuté lundi. Bignone, qui a 81 ans aujourd’hui, est poursuivi pour des crimes commis au Campo de Mayo, un camp de torture et de détention arbitraire.

Le procès du dernier dictateur de l'Argentine, Reynaldo Bignone, 81 ans, et de cinq anciens généraux s'est ouvert lundi. Bignone est jugé pour des crimes commis dans le camp militaire de Campo de Mayo, où près de 5 000 personnes auraient trouvé la mort sous la junte. Il devra notamment répondre des chefs d'accusation de meurtres et enlèvements. Les faits remontent à 1976, avant qu'il ne devienne président de facto désigné par la junte militaire entre 1982 et 1983. Ce procès a été rendu possible car les tribunaux et le congrès argentins ont annulé l'amnistie le concernant.

"Un procès historique"

Le tribunal a été déplacé dans un stade couvert afin d'accueillir toutes les familles des victimes. La co-fondatrice des Mères de la place de Mai, Taty Almeida, fait partie du public. Les accusés "ont  l'air de vieillards mais ils ont commis un génocide", dénonce-t-elle.

"C'est un procès historique dans le processus de recherche de la vérité pour tous ceux qui ont disparu", affirme à l'agence Reuters, Alcira Rios, un avocat d'une famille de victime.

Un rapport officiel rapporte que 13 000 personnes ont été tuées entre 1976 et 1983, mais des ONG avancent le chiffre de 30 000.

Le procès devrait durer jusqu'en février. Les accusés risquent la prison à vie.

 

 

 

 

 

Première publication : 03/11/2009

COMMENTAIRE(S)