Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : des enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Gaza : nouvelles tractations diplomatiques prévues samedi à Paris

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

Economie

Bruxelles invite l'État français à davantage réduire ses dépenses

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2009

La Commission européenne recommande à l'État français d'accélérer le rythme de réduction de ses dépenses. Pour Bruxelles, il s'agit du seul moyen de ramener le déficit budgétaire français au niveau préconisé par le pacte de stabilité.

REUTERS - La Commission européenne s'apprête à recommander à la France d'accélérer ses efforts de compression de ses dépenses publiques à partir de 2011 pour réduire un déficit structurel et une dette en explosion.

Dans un document obtenu par Reuters et qui doit être approuvé mercredi par la commission, l'exécutif européen reconnaît que la dégradation des comptes publics en 2009 et en 2010 était inévitable en raison de la crise, même s'il estime que la France aurait dû faire des réserves auparavant.

Le déficit de 8,3% du PIB prévu par la Commission en 2009 est dû à une baisse des recettes fiscales, elle-même due à la réduction de la croissance, souligne l'institution.

Les services de l'exécutif européen estiment toutefois que la France ne sortira de la situation de déficit excessif en 2013 - 3% de PIB au maximum selon les règles du pacte de stabilité de l'euro - que si elle réduit son déficit structurel d'au moins 1,25 point par an, ce qui est loin d'être le cas actuellement.

Selon la Commission, le déficit serait encore de 5% en 2013 si le rythme de réduction des dépenses n'est pas accéléré.

Comme augmenter les impôts ne lui semble pas possible en raison du niveau très élevé de la pression fiscale en France, elle prône des réductions de dépenses dans le système de santé et des collectivités locales.

Seules de telles mesures permettront d'enrayer la spirale de la dette, qui devrait dépasser 90% du PIB en 2013, bien au-delà de la valeur de référence de 60% prévue par le traité de Maastricht.

En outre, dit la Commission, le grand emprunt qui est actuellement à l'étude par les autorités françaises, et dont les modalités sont attendues avant la fin de l'année, n'est pas sans risque pour les comptes publics.

"Il ne peut être exclu qu'il y ait un risque que l'emprunt public conduise à une détérioration de la position budgétaire s'il n'est pas compensé ailleurs", peut-on lire dans son document.

Une fois approuvée par la Commission tout entière, la recommandation doit encore être entérinée par les ministres des Finances de l'Union européenne.
 

Première publication : 09/11/2009

  • ÉTATS-UNIS

    Les comptes de l'État accusent un déficit record

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)