Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : les travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

"Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

Economie

Google s'offre une start-up de la pub sur mobile pour 750 millions de dollars

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/11/2009

Avec le rachat du spécialiste de la publicité sur téléphone portable AdMob pour 750 millions de dollars, Google se place sérieusement sur un secteur à fort potentiel.

Sur Internet, la bataille pour la publicité de demain a déjà commencé et Google vient de jouer gros en misant sur le téléphone portable. Le géant d'Internet a acheté lundi, pour 750 millions de dollars, la start up AdMob. Cette dernière est spécialisée dans le placement de publicités sur des applications pour smartphones - comme l’iPhone ou les téléphones Androïd (du système d’exploitation de Google).

A l’heure actuelle, ces publicités ont été vues plus de 125 milliards de fois, selon les chiffres avancées sur sur le site d'AdMob. Ces publicités sont présentes sur plus de 15 000 applications et sites disponibles sur mobile, d’après un communiqué d’AdMob publié lundi à la suite de l’officialisation de ce rachat.

Pour Google, cette acquisition est d’une importance majeure. Il s’agit en effet de la troisième plus forte somme jamais versée par le géant de l’Internet pour s’offrir une société, après la régie publicitaire DoubleClick (3,1 milliards de dollars en 2007) et la plateforme vidéo YouTube (1,65 milliard de dollars en 2006). Cette opération permet surtout au mastodonte de l’Internet - dont 98% des revenus proviennent de la publicité - de se positionner en tant que véritable leader de ce marché.

Eau à la bouche de Google

Le potentiel semble énorme. Une récente étude du groupe américain Kelsey prévoit que, d’ici à 2013, le chiffre d’affaires de la publicité sur les téléphones mobiles aura été multiplié par vingt. En 2008, ce secteur encore balbutiant avait généré 160 millions de dollars. Kelsey Group mise pour sa part sur 3,1 milliards de dollars d'ici à quatre  ans : de quoi donner "l’eau à la bouche" à un spécialiste de la publicité comme Google.

L’an passé, Eric Schmidt, P-DG de Google, avait expliqué qu’il espérait que la publicité sur mobile représente, à terme, plus de la moitié des revenus de sa société. Avec le rachat d’AdMob, il s’est en tout cas équipé pour atteindre ses objectifs. Il reste maintenant à savoir comment Microsoft et Yahoo, qui se sont alliés pour contester les 67% de parts de marché publicitaire de Google sur Internet, vont réagir à ce premier gros coup dans le domaine de la téléphonie mobile.

Première publication : 09/11/2009

COMMENTAIRE(S)