Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

EUROPE

Réunis à Paris, Merkel et Sarkozy scellent l'amitié franco-allemande

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 11/11/2009

C'est aux côtés de la chancelière allemande que le chef de l'État français a présidé les cérémonies du 11-Novembre organisées au pied de l'Arc de Triomphe. Une première dans l'histoire de l'amitié franco-allemande.


Cette année, les cérémonies françaises du 11-Novembre ont été placées sous le signe de l’amitié franco-allemande. Deux jours après avoir été reçu à Berlin par Angela Merkel, le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, a accueilli à Paris la chancelière allemande pour célébrer l’armistice de 1918.

C’est la première fois qu’un chef de gouvernement allemand participe aux côtés d’un président français à la commémoration de l’armistice de la Première Guerre mondiale (1914-1918), qui marqua la défaite de l'armée allemande.

Après la mort, l'an dernier, du dernier vétéran français de la Grande Guerre, Lazare Ponticelli, Nicolas Sarkozy avait en effet souhaité faire du 11 novembre 2009 "une journée de réconciliation franco-allemande, pour bâtir un avenir partagé".

Le numéro un français a accueilli Angela Merkel, ce mercredi en milieu de matinée, au palais de l'Elysée d'où ils ont gagné l’Arc de Triomphe, en haut de l’avenue des Champs-Elysées, pour une cérémonie sous les drapeaux français et allemands. Au milieu d'un détachement de la brigade franco-allemande, ils ont ensuite conjointement rallumé la flamme du tombeau du soldat inconnu, ‘’un geste exceptionnel d’amitié dont chaque Français mesure la portée’’, selon Nicolas Sarkozy.

Dans la langue de Molière

"Nous partageons les mêmes valeurs, la même ambition pour l'Europe, la même monnaie, dès lors il est naturel que s'organise l'association de plus en plus étroite de nos politiques", a déclaré le chef de l'Etat français lors de son allocution.

Un enthousiasme partagé par Angela Merkel, qui a conclu son discours en lançant, dans la langue de Molière, un vibrant ‘’Vive la France, vive l’Allemagne, vive l’amitié franco-allemande’’. La chancelière allemande, visiblement émue, a invité Paris et Berlin à ‘’relever de nouveaux défis’’ au nom de cette ‘’réconciliation’’.

La dernière image forte de la réconciliation franco-allemande datait du 22 septembre 1984, quand le chancelier Helmut Kohl avait donné la main au président François Mitterrand devant l'ossuaire de Douaumont, bâti en hommage aux morts de la bataille de Verdun.

Quatorze années plus tard, en 1998, Jacques Chirac avait convié le chancelier Gerhard Shröder aux cérémonies à Paris. Mais, à l’époque, le chef du gouvernement allemand avait décliné l’invitation.

Première publication : 11/11/2009

COMMENTAIRE(S)