Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Organisation de l'Etat islamique perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

Economie

Intel accepte de payer 1,25 milliard de dollars à AMD

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/11/2009

Poursuivi pour concurrence déloyale par AMD, le numéro un mondial des microprocesseurs a trouvé un accord avec son principal concurrent. Intel s'engage à lui verser 1,25 milliard de dollars, en échange d'un abandon de toutes les poursuites.

Un gros chèque pour s’ôter une grosse épine du pied. Le numéro un mondial des microprocesseurs pour ordinateurs, l'américain Intel, a accepté de payer 1,25 milliard de dollars (près de 903 millions d’euros) à son grand rival - et compatriote - AMD pour régler leur différend.

Depuis 2005 en effet, Intel était sous le coup d'une plainte pour concurrence déloyale déposée par AMD devant un tribunal du Delaware, mais aussi de plusieurs procédures déclenchées en Asie par son principal concurrent. Au Japon, deux procès lui pendaient au nez, notamment.

Dans un communiqué commun rendu public ce jeudi, les deux frères ennemis affirment que le versement de cette somme met un terme à tous leurs contentieux, qui allaient de la concurrence déloyale à l’abus de position dominante en passant par des questions de licence.

Le compromis trouvé prévoit, en outre, la signature d'un accord de licences réciproques d'une durée de cinq ans. En clair : Intel pourra utiliser les brevets d'AMD, et inversement.

Ardeurs

Grâce à ce chèque, Intel espère aussi freiner les ardeurs des différentes autorités qui lui courent après. Ainsi, l’Union européenne (UE) l’avait condamné à une amende de plus d’un milliard d’euros pour abus de position dominante, à la suite de plusieurs plaintes déposées par AMD notamment. Une décision dont Intel a fait appel...

À la suite de l'annonce faite par les deux sociétés, Jonathan Todd, le porte-parole de l’UE pour les questions commerciales, affirme “avoir pris note de l'accord” qu'elles ont passé, mais que cela ne changeait rien au fait qu’Intel devait se conformer aux normes en vigueur dans l'Union.

Surtout, la signature de cet accord intervient une semaine après que l’État de New York ait décidé de poursuivre Intel en justice. Dans ses conclusions, le procureur avait été jusqu’à évoquer des faits de corruption. De quoi raviver également l’intérêt de la Federal Trade Commission (FTC), la police américaine du commerce, qui enquête depuis plusieurs années sur les pratiques d’Intel.

Première publication : 12/11/2009

  • INFORMATIQUE

    L'État de New York poursuit le géant Intel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)