Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Visas : l'Europe cède aux exigences de la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sauve qui Trump !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

L’intelligence économique, un secteur en pleine évolution

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaires aux États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaires aux États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Sanofi : les 16 millions € du patron font gonfler la polémique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Qui peut arrêter Donald Trump ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi, accusé de recruter des mercenaires, candidat à la présidentielle

En savoir plus

Asie - pacifique

L'artisan de la victoire contre les Tigres tamouls démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/11/2009

Le général Sarath Fonseka a annoncé qu'il quittait ses fonctions de chef d'état-major de la Défense, ce jeudi. Une décision qui semble conforter l'hypothèse de sa prochaine entrée en politique dans la perspective de la présidentielle d'avril 2010.

AFP - Le général srilankais Sarath Fonseka, artisan de la victoire militaire sur la rébellion séparatiste des Tigres tamouls en mai dernier, a annoncé jeudi sa démission, donnant du crédit aux spéculations sur son éventuelle entrée en politique contre le chef de l'Etat.
  
"J'ai donné ma démission. J'ai déposé le dossier en vue de ma retraite", a-t-il dit à des journalistes dans un temple bouddhiste après avoir envoyé sa lettre de démission de chef d'état-major de la Défense au président Mahinda Rajapakse.
  
Le général Fonseka se serait opposé au président et à son frère, ministre de la Défense, sur le point de savoir qui avait été à l'origine de la défaite des Tigres tamouls.
  
M. Fonseka, 58 ans, seul général quatre étoiles du pays, est en froid avec Colombo depuis que le gouvernement l'a fait passer de chef des armées à chef de l'état-major de la Défense, un titre honorifique sans responsabilité opérationnelle.
  
Le général n'a fait aucun commentaire jeudi sur ses projets. Sa démission sera effective à partir du 1er décembre.
  
Le gouvernement avait averti récemment que les officiers souhaitant participer à la vie politique seraient sanctionnés s'ils entraient en politique tout en restant dans les rangs de l'armée.
  
Le général est considéré comme un possible adversaire de l'actuel président du Sri Lanka lors de la prochaine élection présidentielle qui devrait avoir lieu d'ici à avril 2010.
  
Colombo a proclamé à la mi-mai sa victoire militaire contre la rébellion séparatiste, mettant fin à 37 années de guerre qui ont fait de 80.000 à 100.000 morts. Le pays a par la suite été accusé de nombreuses violations du droit international pendant et après la phase finale de cette guerre.

Première publication : 12/11/2009

COMMENTAIRE(S)