Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

Moyen-orient

Deux jours après Netanyahou, Sarkozy reçoit Assad à l'Élysée

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 13/11/2009

Nicolas Sarkozy reçoit, ce vendredi, son homologue syrien pour évoquer la situation au Proche-Orient. Une visite qui, selon Bachar al-Assad, témoigne du "climat de confiance" qui règne entre Damas et Paris.

La situation au Proche-Orient figure en bonne place sur l’agenda de Nicolas Sarkozy cette semaine. Deux jours après s’être entretenu avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, le président français accueille, ce vendredi, son homologue syrien, Bachar al-Assad, à l’Elysée.

Cette nouvelle visite à Paris du chef de l’Etat syrien, la deuxième en moins de 18 mois, intervient au lendemain des déclarations du chef du gouvernement israélien qui s’est dit prêt à reprendre des négociations de paix avec Damas. Sans condition préalable.

Un responsable israélien a annoncé que Benjamin Netanyahou avait demandé, lors de sa visite mercredi à l’Elysée, à Nicolas Sarkozy de transmettre un message au numéro un syrien. Le chef de l’Etat français devrait ainsi profiter de la visite de Bachar Al-Assad à Paris pour tenter de relancer les négociations entre la Syrie et Israël.

Jeudi, le président français se serait par ailleurs entretenu au téléphone avec le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pour évoquer ‘’des propositions importantes’’ visant à relancer le processus de paix, selon un responsable palestinien.

Le plateau du Golan toujours au centre des discussions

Les négociations entre Israël et la Syrie ont souvent achoppé sur le problème du plateau du Golan. Le Syrie a toujours fait de la restitution de ce territoire, situé au sud-ouest de la Syrie et annexé par l’État hébreu en 1981, une condition non négociable à l’ouverture de pourparlers directs avec Tel Aviv.

Les dernières discussions entre les deux pays, menées sous médiation turque, ont été rompues l’année dernière après l’offensive israélienne dans la bande de Gaza. Mais une reprise du dialogue est désormais envisageable, le ministre turc des Affaires étrangères ayant déclaré, la semaine dernière, qu’il était à nouveau prêt à jouer son rôle de médiateur.

A en croire l’avocat international Ardavan Amir Aslani, auteur du livre ‘’Iran, le retour de la Perse’’, rien n’indique que ces bonnes intentions vont déboucher sur un quelconque résultat. ‘’Cela fait 40 ans qu’Israël se dit prête à tenir des négociations de paix [avec la Syrie], mais que s’est-il passé depuis ? Le plateau du Golan est toujours occupé et le problème palestinien n’est toujours pas résolu’’, a-t-il affirmé sur l’antenne de FRANCE 24.

Paris-Damas, une relation au beau fixe

Les relations entre Paris et Damas, autrefois rompues par Jacques Chirac, se sont considérablement réchauffées sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, qui a invité Bachar al-Assad en 2008 aux cérémonies du 14-Juillet, à Paris. Le président français s'est quant à lui rendu par deux fois à Damas, en septembre 2008 et en janvier 2009.

“La Syrie tente de redorer son image à l’international, estime Ardavan Amir Aslani. Elle essaye aussi de briser son isolement diplomatique.’’ Le président syrien a en revanche estimé, dans les colonnes du quotidien français ‘’Le Figaro’’, qu’il n’y avait pas encore eu de ‘’regain de confiance entre la Syrie et les Etats-Unis’’. Déçu par la politique menée par les Etats-Unis au Proche-Orient depuis l'élection de Barack Obama, l’homme fort de Damas demande à Washington d'élaborer un véritable plan d'action pour la région.

Concernant ses relations avec l’Union européenne, qui se sont tendues depuis que Damas a refusé de signer un accord d’association, Bachar al-Assad déplore que les Vingt-Sept aient ‘’complètement viré du côté des Etats-Unis, au détriment de la Syrie’’.

 

Première publication : 13/11/2009

  • SYRIE

    Damas veut réviser l'accord d'association avec l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)