Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 13/11/2009

L'affaire Kurras replonge Berlin dans son passé

Quatre jours après le 20e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, l'affaire Karl-Heinz Kurras, ancien policier de l'Ouest soupçonné d'avoir été une taupe de l'Est, vient rappeler à l'Allemagne qu'elle n'en a pas encore fini avec son histoire.

Les invités de ce Focus sont Michel Meyer, auteur de "Histoire secrète de la chute du Mur de Berlin" (éd. Odile Jacob) et Anne Mailliet, correspondante de FRANCE 24 à Berlin, en Allemagne.
 

2 juin 1967. Le shah d'Iran est en visite officielle à Berlin-Ouest. Dans la rue, une manifestation contre le régime iranien tourne mal. Un policier en civil, Karl-Heinz Kurras tire sur un étudiant et le tue d'une balle dans la tête.

Un événement qui agit comme un déclencheur et radicalise l'extrême gauche. Entre les autorités et les étudiants, la guerre est désormais déclarée. Les troubles de 1968 et la création de la Fraction armée rouge ne sont plus très loins.

Karl-Heinz Kurras qui est inculpé d'homicide involontaire, plaide la légitime défense. Il est relaxé et reste dans les rangs de la police jusqu'à sa retraite en 1986. Des décennies plus tard, c'est la sensation. On apprend que Karl-Heinz Kurras, le policier ouest-allemand modèle, était en réalité un espion de la Stasi. Actif pour le compte des services de l'Est depuis 1955 et membre du Parti communiste est-allemand depuis 1964. Une information révélée en mai dernier par des historiens de l'autorité chargée de gérer les dossiers de la police politique. Dans le dédale des archives de la Stasi, les historiens sont tombés sur 17 dossiers, 6 000 pages qui retracent la vraie vie de Kurras et son double-jeu.

Selon Cornelia Jabs, historienne aux archives de la Stasi, "Kurras travaillait dans la section de la police chargée de la protection de l'Etat. Il était au courant des enquêtes menées contre les policiers soupçonnés d'espionnage pour l'Est et fournissait ces informations à la Stasi." Pendant des années, Kurras écrit des rapports sur ses collègues et fait passer des documents secrets à l'Est.

Peu de temps après ces révélations, la police perquisitionne son appartement et y découvre un revolver. Ce féru d'armes à feu comparaît aujourd'hui devant un tribunal de Berlin pour infraction à la législation du port d'armes et une enquête a été ouverte pour trahison du secret d'Etat.

Pour autant, personne ne peut dire avec certitude si Karl-Heinz Kurras a tué Benno Ohnesorg sur ordre de la Stasi, car une partie de son dossier a été détruite. Mais Uwe Soukup, auteur d'un ouvrage de référence sur la mort de Benno Ohnesorg ne croit pas que Kurras a agi en accord avec la Stasi. Selon lui, les services secrets est-allemands n'aurait pas sacrifier un agent de ce calibre en l'envoyant tuer un étudiant.

Carl-Wolfgang Holzapfel, qui défend les victimes de la Stasi, a quand à lui porté plainte contre Kurras pour le meurtre de Benno Ohnesorg et espère qu'une enquête sera ouverte pour faire toute la lumière sur cette épisode tragique de l'Allemagne d'après-guerre. "Il est tout à fait possible que cet homme, qui a été capable de trahir ses amis, ses collègues et les intérêts de son pays pour la Stasi, un homme qui n'était pas seulement membre du parti, mais un communiste convaincu, se soit dit ce jour-là qu'il rendait service à la RDA", explique-t-il à FRANCE 24.
   

Par Anne MAILLIET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

29/08/2014 Droit d'asile

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

Lorsque les jhadistes ont déferlé sur le nord-ouest de l'Irak, le gouvernement français s'est dit prêt "à favoriser" l'asile des chrétiens d'Irak. Quarante familles sont...

En savoir plus

28/08/2014 Immigration clandestine

Honduras : ces enfants qui fuient leur pays au péril de leurs vies

Plus de 52 000 enfants partis d'Amérique centrale sont bloqués aux États-Unis, attendant que leur situation juridique soit résolue avant d'être rapatriés vers leur pays...

En savoir plus

27/08/2014 Syrie

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

Depuis octobre 2013, la ville de Milan est devenue un point de transit important pour ceux qui fuient la guerre en Syrie. Nos correspondantes en Italie, Seema Gupta et Natalia...

En savoir plus

23/07/2014 Sénégal

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

Plusieurs régions du Sénégal sont actuellement menacées par l'insécurité alimentaire. C’est le cas en Casamance, où les mauvaises récoltes et la présence d’une rébellion armée...

En savoir plus

26/08/2014 guerre

Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine

Depuis le début de la crise ukrainienne, Kiev accuse Moscou d’envoyer des armes et des hommes sur son territoire. Des accusations rejetées par les autorités russes. Pourtant, des...

En savoir plus