Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

FRANCE

Un prestigieux joaillier parisien s'est fait voler des pierres d'une grande valeur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/11/2009

Deux individus cagoulés, armés et munis d'un badge d'accès dérobé à une employée ont volé des pierres précieuses estimées à plusieurs centaines de milliers d'euros chez Chaumet, un prestigieux joaillier de la place Vendôme, à Paris.

AFP -  Un vol de pierres précieuses estimé "à plusieurs centaines de milliers d'euros" a été perpétré vendredi par deux malfaiteurs, munis d'un badge d'accès dérobé à une employée, chez le prestigieux joaillier Chaumet, 12 place Vendôme à Paris (Ier).
   
Le préjudice n'avait pas été établi avec précision vendredi et ne pourra l'être, selon des sources proches de l'enquête, "avant plusieurs jours".
   
Un inventaire précis des pierres, qui ne se trouvaient pas dans la célèbre boutique Chaumet mais dans un local du service logistique, va "prendre en effet du temps", selon ces sources.
   
Les deux auteurs, cagoulés et armés, étaient "très bien renseignés", ont précisé ces mêmes sources. Ils ont réussi à pénétrer dans les lieux à l'aide d'un badge d'accès provenant du sac à main d'une employée dérobé le matin même à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), selon les sources.
   
Selon les premiers éléments de l'enquête, le vol a été commis vers 10H30 par ces deux hommes, qui ont menacé de leurs armes les sept employés présents dans les lieux les obligeant à ouvrir des coffres-forts renfermant les pierres précieuses. Les deux hommes ont glissé les pierres précieuses dans un sac de sport avant de s'enfuir sur une moto.
   
L'enquête, confiée à la Brigade de répression du banditisme (BRB) devra s'attacher à déterminer le préjudice exact et à examiner avec précision les circonstances de ce vol qualifié de "très audacieux" par une source policière et de "peu classique dans son mode opératoire".
   
La BRB a procédé sur place dès vendredi matin à plusieurs constatations, prélèvements, recueil d'indices et à des auditions d'employés et de cadres de Chaumet, selon les sources proches de l'enquête.
   
Chez Chaumet, interrogé par l'AFP, on confirmait "un vol d'un stock de pierres précieuses dans un service logistique" du joaillier, en précisant seulement qu'il s'agissait d'"un service en liaison avec les pierres". "Le préjudice n'a pas été évalué", a-t-on ajouté de même source.
   
Vendredi après-midi, aucun policier ni véhicule de police n'était visible devant la boutique Chaumet, a constaté une journaliste de l'AFP. L'immeuble est doté d'une cour intérieure, dont une gardienne interdisait l'accès après avoir reçu des consignes.
   
En vitrine figuraient notamment des boucles d'oreille à 3.000 euros, une bague en or gris et diamants à 7.700 euros, ainsi que des parures, colliers, boucles d'oreille, bagues et montres avec la mention "prix sur demande".
   
Fondée il y a plus de deux siècles, la maison Chaumet, qui fut le joaillier de Napoléon et de la reine Victoria, a fourni ses diadèmes à de nombreuses têtes couronnées. Ses bijoux, associés à des collections de couturiers tels que Christian Dior, scintillent aujourd'hui sur nombre de mannequins et de stars.
   
En 1987, cette célèbre enseigne, alors dirigée par les frères Jacques et Pierre Chaumet, avait déposé son bilan, puis avait été rachetée par le groupe LVMH après que les deux frères eurent été poursuivis en justice pour "banqueroute et escroquerie" notamment.

 

Première publication : 13/11/2009

COMMENTAIRE(S)