Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Il y a une gémellité atroce entre Assad et l’EI"

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Les Peshmerga sont les seuls à mener vraiment la guerre contre l’EI"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Procès de Freddie Gray : les réactions à Baltimore

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Circulation(s)" : coup de projecteur sur la photo emergente

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Blocages en France : Manuel Valls peut-il tenir ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Elle", un thriller aussi pervers que puissant

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Lutte contre la pauvreté : la guerre des modèles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : l'horizon s'éclaircit sur le front du chômage

En savoir plus

LE DÉBAT

Grèce : Tsipras va-t-il mener son pays vers encore plus d'austérité ? (partie 1)

En savoir plus

Amériques

Washington reconduit le gel historique des avoirs iraniens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2009

Barack Obama a décidé de reconduire, jeudi, le gel des avoirs iraniens aux États-Unis, bloqués depuis 20 ans. Le président américain estime que les relations entre les deux pays ne se sont pas suffisamment améliorées, malgré un appel au dialogue.

AFP - Le président américain Barack Obama a renouvelé jeudi pour un an le gel des avoirs iraniens aux Etats-Unis, imposé par l'ancien président Jimmy Carter au tout début de la prise d'otages historique à l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran, a indiqué la Maison Blanche.
  
Malgré son appel au dialogue après 30 ans de quasi-silence radio entre les deux capitales, M. Obama s'est donc prêté pour la première fois à ce qui relève quasiment du rituel présidentiel chaque année à la même époque en reconduisant une mesure qui constitue un grief presque fondateur pour le régime islamique.
  
Dans la notification officielle de sa décision publiée par la Maison Blanche, M. Obama note que les relations entre les deux pays ne sont toujours pas revenues à la normale, et qu'il y a donc lieu de prolonger l'état "d'urgence nationale", communément invoqué pour justifier de telles dispositions.
  
M. Carter a ordonné le gel des avoirs du gouvernement iranien sous juridiction américaine le 14 novembre 1979, dix jours après que des étudiants islamistes eurent pris d'assaut l'ambassade américaine à Téhéran, symbole, selon eux, de l'ingérence des Etats-Unis et de leur soutien au shah déposé par la révolution islamique.
  
Les révolutionnaires avaient retenu pendant 444 jours une cinquantaine de membres du personnel de l'ambassade. Les relations entre Washington et Téhéran ne s'en sont jamais remises et ont été rompues en avril 1980.
  
Ce renouvellement des sanctions coïncide avec l'annonce de la demande de saisie par la justice américaine de biens appartenant à un groupe musulman soupçonné d'être lié au gouvernement iranien, parmi lesquels quatre mosquées et un gratte-ciel new-yorkais.

Première publication : 13/11/2009

COMMENTAIRE(S)