Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Produits chimiques : la nouvelle réglementation européenne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

Asie - pacifique

Obama appelle la Birmanie à la libération d'Aung San Suu Kyi et à des élections libres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/11/2009

Dimanche, au sommet de l'Asean, le président Barack Obama a lancé un appel à la libération de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi. Le Premier ministre birman, Thein Sein, était présent, mais les deux hommes ne sont pas serrés la main.

REUTERS - Barack Obama a lancé dimanche un appel à la libération de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, lors d'un sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean), en présence du Premier ministre birman Thein Sein. Le président des Etats-Unis ne s'est pas adressé directement au chef du gouvernement birman, mais il l'a côtoyé lors de ce sommet organisé à Singapour après celui du Forum de coopération Asie-Pacifique.

Visiblement amusé, Obama s'est plié à la tradition de l'organisation qui veut que les chefs d'Etat et de gouvernement affichent symboliquement leur cohésion en se donnent le bras avant d'entamer leur discussions. Il n'a toutefois pas serré la main de Thein Sein.

Son appel en faveur de la libération d'Aung San Suu Kyi avant les élections prévues l'an prochain ne figure pas dans dans le projet de déclaration finale du sommet, qui se déroulait pour la première fois en présence d'un président américain, mais il a été formulé de vive voix, a déclaré Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche.

Sur les vingt dernières années, Aung San Suu Kyi en a passé plus de 14 en détention, la plupart du temps en résidence surveillée.

La lauréate du prix Nobel de la paix âgée de 64 ans a été condamnée en août à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence pour avoir laissé un ressortissant américain séjourner en mai dans sa maison de Rangoun, ce qui lui interdira de participer aux élections.

Première publication : 15/11/2009

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi s'entretient avec des diplomates américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)