Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Obama appelle la Birmanie à la libération d'Aung San Suu Kyi et à des élections libres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/11/2009

Dimanche, au sommet de l'Asean, le président Barack Obama a lancé un appel à la libération de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi. Le Premier ministre birman, Thein Sein, était présent, mais les deux hommes ne sont pas serrés la main.

REUTERS - Barack Obama a lancé dimanche un appel à la libération de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, lors d'un sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean), en présence du Premier ministre birman Thein Sein. Le président des Etats-Unis ne s'est pas adressé directement au chef du gouvernement birman, mais il l'a côtoyé lors de ce sommet organisé à Singapour après celui du Forum de coopération Asie-Pacifique.

Visiblement amusé, Obama s'est plié à la tradition de l'organisation qui veut que les chefs d'Etat et de gouvernement affichent symboliquement leur cohésion en se donnent le bras avant d'entamer leur discussions. Il n'a toutefois pas serré la main de Thein Sein.

Son appel en faveur de la libération d'Aung San Suu Kyi avant les élections prévues l'an prochain ne figure pas dans dans le projet de déclaration finale du sommet, qui se déroulait pour la première fois en présence d'un président américain, mais il a été formulé de vive voix, a déclaré Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche.

Sur les vingt dernières années, Aung San Suu Kyi en a passé plus de 14 en détention, la plupart du temps en résidence surveillée.

La lauréate du prix Nobel de la paix âgée de 64 ans a été condamnée en août à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence pour avoir laissé un ressortissant américain séjourner en mai dans sa maison de Rangoun, ce qui lui interdira de participer aux élections.

Première publication : 15/11/2009

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi s'entretient avec des diplomates américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)