Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

EUROPE

La Cour suprême vote l'extradition de Battisti vers l'Italie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/11/2009

Le président de la Cour suprême brésilienne a tranché en faveur de l’extradition de l'ancien militant italien d'extrême gauche, Cesare Battisti, vers l’Italie, où il a été reconnu coupable de quatre meurtres commis pendant les années 1970.

AFP - Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a exprimé mercredi sa "grande satisfaction", aussitôt après l'annonce par la Cour suprême du Brésil de son vote en faveur de l'extradition de l'ex-militant italien d'extrême gauche Cesare Battisti vers l'Italie.

 

"Ma première pensée va aux familles des victimes de Battisti, qui voient enfin reconnu leur droit légitime à obtenir justice", a déclaré le ministre dans un communiqué, publié avant même qu'une décision définitive de Brasilia  soit annoncée.

 

Interrogé pendant un voyage en Turquie par la chaîne de télévision publique Rai 2, il a estimé que la cour a pris une "décision importante". "Nous espérons que ce sera une décision contraignante" pour les autres autorités brésiliennes et qu'elle "sera exécutée immédiatement".

 

La Cour suprême du Brésil a voté mercredi en faveur de l'extradition de Cesare Battisti vers l'Italie, mais elle devait encore décider si le président Luiz Inacio Lula da Silva aurait le dernier mot.

 

A ce sujet, le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa a déclaré "n'avoir aucun doute". "L'exécutif d'un pays ami ne peut que prendre acte de la décision (de la Cour). C'est une simple formalité", a-t-il dit.

 

Dans son communiqué, M. Frattini a également insisté sur "les liens historiques d'amitié qui unissent les deux pays".

 

Pour lui, le verdict de la Cour "marque la fin d'une profonde amertume suscitée dans l'opinion publique italienne par la décision d'accorder le statut de réfugié à qui s'est rendu coupable d'une violence homicide insensée et incompréhensible".

 

L'ancien militant d'extrême gauche s'est réfugié dans les années 1980 en France et s'est enfui au Brésil en août 2004 pour échapper à une extradition vers l'Italie. Arrêté en 2007 à Rio de Janeiro, il est depuis emprisonné à Brasilia.

 

L'Italie réclame Battisti, condamné à perpétuité par contumace pour quatre meurtres commis dans les années 1970. Le Brésil avait accordé en janvier à l'ancien militant le statut de réfugié politique, provoquant une forte tension diplomatique avec Rome.

 

 Battisti, 54 ans, qui nie les meurtres dont il est accusé, a entamé vendredi dernier une grève de la faim dans sa prison de Brasilia et a prévenu qu'il "ne retournera pas vivant en Italie".

 

"Même si cela ne devait être que pour un jour, je voudrais qu'il soit finalement jugé coupable et qu'il paye pour ce qu'il a fait", a déclaré Adriano Sabbadin, fils de Lino, un boucher tué en 1979 par le groupuscule Pac (Prolétaires armés pour le communisme) dont Battisti était l'un des dirigeants.

Première publication : 18/11/2009

COMMENTAIRE(S)