Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre l’organisation ei en Irak : l'étau se resserre sur Mossoul

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Le business du halal

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

Economie

Le président irakien appelle Total à investir dans son pays

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2009

Le gouvernement irakien accueillerait avec bienveillance la candidature de Total à l'appel d'offres qui sera lancé les 11 et 12 décembre en vue de l'exploitation de certains gisements du pays, a confié Jalal Talabani au cours de sa visite en France.

AFP - Le président irakien Jalal Talabani a exprimé le souhait mercredi à Paris devant le patronat français (Medef) que le groupe Total travaille sur les champs pétroliers de son pays, et appelé les sociétés françaises à investir de nouveau largement en Irak.
  
"L'appel d'offres (concernant l'exploitation pétrolière) n'est pas seulement basé sur des chiffres, nous devons favoriser une offre française quels que soient les chiffres", a déclaré le chef de l'Etat irakien, en appelant le groupe pétrolier français à "faire la meilleure offre".
  
"C'est notre politique, nous voulons voir Total travailler sur nos champs pétroliers", a-t-il dit, très applaudi par l'assistance.
  
M. Talabani, qui intervenait devant des grands patrons au troisième jour d'une visite d'Etat en France, a appelé les entreprises françaises à investir largement dans son pays en dépit des risques de sécurité qui demeurent après plusieurs années de conflit.
  
"Les perspectives sont très positives. Vous devez vous montrer courageux et investir dans tous les secteurs", a-t-il dit.
  
Un appel d'offres sur les champs pétroliers irakiens aura lieu les 11 et 12 décembre. L'Irak doit soumettre aux enchères dix contrats d'exploitation de champs pétrolifères et 44 compagnies devraient participer à l'appel d'offres.
  
Début juillet, l'Irak avait déjà lancé à destination de 31 compagnies pétrolières étrangères une première série d'appels d'offres concernant l'exploitation de cinq champs pétrolifères et de deux champs gaziers.
  
Le directeur général de Total chargé de l'exploration et de la production, Yves-Louis Darricarrère, a confirmé lors de cette réunion que son groupe préparait des offres sur deux champs pétroliers irakiens, en prévision de l'appel d'offres des 11 et 12 décembre.
  
Le présidente du Mouvement des entreprises de France (Médef), Laurence Parisot, a salué la volonté de l'Irak de "diversifier ses partenariats autant que possible". "Nous voulons y prendre part", a-t-elle dit.
  
Le président irakien effectue depuis lundi une visite d'Etat de quatre jours, qui consacre la normalisation des relations entre les deux pays après l'opposition de Paris à l'invasion américaine de l'Irak en 2003.
  
La délégation irakienne comprend 32 hommes et un femme des milieux d'affaires et de l'industrie irakiens.
  
Le retour de la France en Irak, partenaire privilégié dans les années 70 et 80, se fait avec la bénédiction des Etats-Unis qui cherchent à montrer que Bagdad a repris sa place sur la scène internationale.
  
Depuis le début de l'année, les visites de responsables irakiens et français se sont multipliées. Nicolas Sarkozy était à Bagdad en février, son Premier ministre François Fillon en juillet.
  
Alors que le coût de la reconstruction de l'Irak est estimé à 600 milliards de dollars, plusieurs contrats ont déjà été signés en matière de sécurité intérieure et dans le domaine militaire, comme la vente de 24 hélicoptères du groupe européen Eurocopter.
  
M. Talabani a qualifié de "total succès" sa visite en France. "Les portes sont totalement ouvertes à la coopération avec la France" et la coopération entre les deux pays "est stratégique", a-t-il dit devant les patrons français

Première publication : 18/11/2009

COMMENTAIRE(S)