Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : Xi Jinping promet "un nouveau modèle commercial" plus ouvert et plus équitable

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le scrutin sera-t-il crédible ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Congrès du Parti Communiste Chinois : Xi Jinping, nouveau Mao ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Congrès du Parti Communiste Chinois : Xi Jinping, nouveau Mao ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La pollution aux PCB, l'autre scandale qui vise Monsanto

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Square" : Palme d'or cynique sur notre société occidentale

En savoir plus

FACE À FACE

Interview d'Emmanuel Macron : François Hollande "ne passera rien" au président

En savoir plus

Moyen-orient

Talabani craint la vacation de pouvoir en cas de nouveau report

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/11/2009

Contrairement au vice-président Tarek al-Hachémi, le président Jalal Talabani ne s’oppose pas à la loi électorale prévoyant la tenue des élections législatives le 18 janvier, même si les deux hommes sont d’accord sur ses insuffisances.

Les élections législatives irakiennes seront-elles reportées une nouvelle fois ? Mercredi, le vice-président irakien, Tarek al-Hachémi, a opposé son véto à la loi électorale qui prévoit leur tenue le 18 janvier. Le vice-président sunnite estime en effet que celle-ci ne prévoit pas une représentation équitable de quelque 4 millions d’Irakiens qui vivent hors du pays. Le scrutin a déjà été reporté une dizaine de fois.

Invité de FRANCE 24, le président irakien, le Kurde Jalal Talabani, a affirmé que, comme Hachémi, il avait "relevé des insuffisances dans cette loi" dans sa forme actuelle. En revanche, le chef de l’État l’a approuvé. "Je crains un nouveau report des élections. J’ai décidé de ne pas m’opposer à la loi électorale parce que je ne veux pas que ça arrive. Si l’élection est repoussée au-delà du délai prévu dans la Constitution, il y aura une vacance du pouvoir en Irak. C’est la raison principale qui a motivé ma décision", a-t-il expliqué.

Selon la Constitution, le Conseil présidentiel, qui décide par consensus, doit ratifier une loi pour qu’elle entre en vigueur. Avec le veto du vice-président, il y aura un nouveau débat au Parlement. La tenue des élections le 18 janvier est donc sérieusement remise en cause.

Cliquez ici pour regardez l'intégralité de l'entretien (en anglais).

Première publication : 18/11/2009

  • IRAK

    Les législatives du 18 janvier remises en cause

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)