Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Economie

L'OCDE revoit à la hausse ses prévisions de croissance

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/11/2009

L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) estime que la croissance des 30 pays les plus industrialisés du globe frôlera 2 % en 2010, alors qu'elle tablait jusqu'à présent sur un rebond de seulement 0,7 %.

AFP - La reprise économique sera "modeste" dans les pays développés qui devraient renouer avec la croissance en 2010 (+1,9%) et en 2011 (+2,5%) en dépit de "forts vents contraires" notamment sur le front de l'emploi, selon les nouvelles prévisions de l'OCDE publiées jeudi.
  
Jusque-là, ce club des 30 pays les plus industrialisés du globe tablait sur un rebond de son produit intérieur brut (PIB) bien plus limité l'an prochain (+0,7%) après la sévère récession endurée cette année (-3,5%).
  
Les perspectives s'améliorent ainsi pour les deux premières économies du monde: les Etats-Unis devraient voir leur PIB progresser de 2,5% en 2010 et de 2,8% en 2011, la zone euro affichant, elle, un rythme de croissance plus modeste (+0,9% en 2010, +1,7% en 2011), selon le rapport.
  
"La croissance en zone OCDE est repartie" mais "elle est encore freinée (...) par de forts vents contraires, à l'heure où les ménages, les institutions financières et (...), en fin de compte, les Etats doivent reconstituer leurs bilans", écrit l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui note par ailleurs la "vigueur" des grands pays émergents (Chine, Inde).
  
Après le déblocage massif de fonds publics pour soutenir l'économie, l'OCDE appelle aujourd'hui à "préparer la sortie" des dispositifs anti-crise en évitant à la fois un retrait prématuré de ces mesures qui menacerait la reprise, et un maintien trop prolongé qui pourrait devenir "dommageable".
  
"Il sera très difficile d'engager une suppression ordonnée et cohérente des mesures dictées par la crise", met en garde l'Organisation.
  
Plusieurs chantiers sont à l'ordre du jour: enrayer la dégradration des finances publiques par des mesures "parfois radicales", résorber peu à peu les "excès de liquidités" liés aux faibles taux d'intérêt pratiqués par les grandes banques centrales et maintenir "les pressions" sur les banques pour qu'elles assainissent leur bilan.
  
Plusieurs incertitudes planent sur les pays industrialisés, prévient l'OCDE. Le taux de chômage dans les pays industrialisés devrait encore grimper l'an prochain et atteindre 9% de la population active avant d'entamer une légère décrue en 2011.
  
"A la fin de 2010, le total des sans-emploi dans les économies de l'OCDE aura augmenté de près de 21 millions personnes par rapport a fin 2007", souligne l'Organisation, qui s'inquiète des conséquences sur le moral des ménages et leur niveau de consommation.
  
Un an après la chute du géant américain Lehman Brothers, l'OCDE observe également que l'état du système financier pourrait se "dégrader brutalement" si un nouveau grand établissement bancaire était en "difficulté".
  
Pour parer à une telle éventualité, les prochaines régulations du secteur devront "inciter les banques à limiter leurs tailles" afin d'éviter que des établissements deviennent trop importants pour les laisser faire faillite ("too big to fail"), selon le rapport.

Première publication : 19/11/2009

COMMENTAIRE(S)