Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Economie

Google met un Chrome dans les roues de Windows

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/11/2009

Le géant de l'Internet a présenté officiellement son premier système d’exploitation, Chrome OS, qui sera disponible à la fin de l'année 2010. L'entreprise américaine souhaite ainsi faire de l'ombre à Microsoft.

Chrome va-t-il valoir de l’or ? Google a dévoilé jeudi soir son système d’exploitation  - le programme qui permet de faire fonctionner toutes les applications d’un ordinateur -, baptisé Chrome OS (dont on peut télécharger le code source), avec comme ambition affichée de révolutionner la façon dont on utilise son PC depuis vingt ans. Rien que ça…

Jusqu’à présent, plus de 90 % des ordinateurs sont équipés de Windows, le logiciel de Microsoft, avec son bureau et son menu démarrer qui permet de lancer des applications installées sur le disque dur. Google veut donner un grand coup de balai dans ce fonctionnement et estime que l’avenir de l’informatique est à 100 % sur l’Internet.

Chrome OS, annoncé en juillet dernier, sera, en effet, un système d’exploitation d’un genre nouveau qui fonctionnera exclusivement en ligne. En guise de bureau, l’utilisateur gèrera toutes ses tâches à partir de Chrome, le navigateur de Google. Ses applications et programmes seront tous stockés sur les serveurs du géant de l’Internet, et il n’aura pas besoin d’installer quoi que ce soit sur son disque dur. Autre avantage : il suffira d’un login et d’un mot de passe pour accéder, depuis n’importe quel ordinateur fonctionnant sous Chrome OS, à ses données et applications.

Toutes les applications seront accessibles via le navigateur Chrome de Google.

 

Dinosaure contre comète

"Nous pensons que l’Internet est la plateforme la plus simple pour faire fonctionner un ordinateur", a affirmé Sundar Pichai, vice-président de Google et responsable du projet, lors de la conférence de presse de présentation jeudi. Une manière de dire que Microsoft et son Windows sont des dinosaures et que Chrome OS est la comète qui va mettre un terme à leur règne sur la planète PC.

 

Pour se lancer à l’assaut de la forteresse Microsoft, Google mise surtout sur son sempiternel argument : la gratuité. Chrome OS  ne coûtera rien là où Microsoft impose des droits de licence aux particuliers (plus de 100 euros) et aux constructeurs d'ordinateur. Enfin, le système d’exploitation sera "open source", c'est-à-dire que n’importe quel bidouilleur informatique pourra y imprimer son empreinte. C’est ainsi que Firefox est devenu le principal concurrent d’Internet Explorer… de Microsoft.

Netbook contre PC de bureau

Mais la bataille des titans n’est pas non plus pour demain. Google a précisé que le premier ordinateur à être équipé de Chrome OS ne sera pas disponible avant la deuxième moitié de 2010. Dans un premier temps, il s’agira uniquement de Netbooks, ces petits ordinateurs portables peu chers et peu puissants. Pas de quoi donner des sueurs froides à Microsoft dont le gros du marché est les ordinateurs de bureau.

Mais Microsoft n'en est pas resté à l'âge de pierre de l'informatique. "Ils jouent, eux, sur les deux tableaux, ‘online’ et ‘offline’", a expliqué jeudi au "New York Times", Ray Valdes, un analyste de Gartner. Sa suite bureautique Office 2010 sera disponible à 100 % en ligne et le géant de Redmond investit beaucoup pour développer sa plateforme Windows Live. En outre, le PDG du Microsoft, Steve Ballmer, a annoncé début novembre que les ventes de Windows 7 était en passe de battre celles de son prédécesseur Vista en seulement deux mois d'existence.

De plus, les limites de Chrome OS sont déjà connues : il sera impossible, dans un premier temps, de lire des films sur son ordinateur et la possibilité de jouer à des jeux vidéo, l’un des principaux arguments d’achat de matériel informatique, sera très restreinte.

Première publication : 20/11/2009

COMMENTAIRE(S)